Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 22:16

Alain Person est archéologue et membre de la mission archéologique de l’Université Pierre et Marie Carie (Paris VI). Cette mission s’intéresse à la Mauritanie depuis 2001. Il animait, ce 3 mars 2009, au Centre Culturel Français Antoine Saint-Exupéry de Nouakchott une conférence sur les modifications climatiques et innovations culturelles à la fin du Néolithique en Mauritanie Sud Orientale.
"Ce qu’on cherche à comprendre dans ces sites, c’est la façon dont les populations qui y vivaient ont pu faire face à de grandes sécheresses et à des contraintes environnementales", explique Alain Person. A la suite des recherches effectuées dans cette zone, les vestiges retrouvés viennent confirmer l’idée selon laquelle le Sahara a toujours été une terre où on pratiquait l’agriculture.
La Mission Néma permet de comprendre aussi comment les habitants de cette zone ont dû s’adapter, face aux modifications, en inventant de nouvelles techniques et de nouveaux rapports sociaux. Une belle leçon à méditer surtout dans ces temps qui courent où on parle de plus en plus de changements climatiques.

 

Le Rénovateur Quotidien : Est-ce qu’aujourd’hui, à la suite des recherches que vous avez effectuées dans la Mauritanie sud orientale, on peut dire que le Sahara fut une région où on pratiquait l’agriculture avant qu’elle n’entre dans sa phase d’aridification actuelle ?

 

Alain Person : Bien sûr ! Il y a quelque chose qui peut vous paraître un peu contradictoire mais c’est parce que cette zone devient désertique que les hommes sont contraints à trouver des solutions et en particulier des solutions dans la domestication des plantes, dans l’agriculture.
Pour ce faire, ils sont obligés d’inventer de nouveaux outils et probablement les choses devenant de plus en plus dures et de plus en plus compliquées avec l’aridification qui devient de plus en plus intense. Pour pouvoir rester, on va être obligés de passer à de nouvelles techniques et en particulier à la fabrication de nouveaux outils en métal. Je ne vais pas faire du finalisme. Ce n’est pas là la question.
Mais, il y a un dialogue entre la construction de la société sur le plan des rapports entre les gens, de la gestion des ressources et l’invention de nouvelles techniques, de nouvelles matières avec la métallurgie qui est l’aridification. Ces nouvelles choses-là sont presque liées. Où les hommes inventent ou ils s’en vont. S’ils restent, il faut qu’ils inventent.

 

Le Rénovateur Quotidien : Avez-vous une idée de la manière dont les populations qui peuplaient cette zone vivaient ?

 

Alain Person : C’est ce qu’on essaie de percevoir en étudiant les sites, en étudiant la répartition des vestiges sur les sites dans la mesure où ce sont ces sites qui nous donnent les informations sur les fonctions de telle ou telle partie du site. Par les travaux de laboratoire, on essaie de retrouver des éléments de l’alimentation parce que pour nous l’alimentation fait partie de la culture.
Elle a des implications sur les techniques de vie. Si vous êtes éleveur ou agriculteur, vous ne vivez pas de la même façon. Donc, il est très important d’approcher cet aspect des choses et de voir comment il est à mettre en relation. Là encore avec les modifications de l’ensemble de l’environnement et de l’ensemble des modifications climatiques. Cela rentre en droite ligne dans l’actualité : de se poser des questions sur les modifications climatiques.
Mais, la solution actuelle, c’est de mettre un peu tout sur la faute de l’homme en disant que c’est parce que qu’on fait n’importe quoi sur la planète qu’on a des modifications climatiques. Ce n’est pas le cas. Enfin, je pense que cela y contribue, accentue ou aggrave les choses. Evidemment, on ne peut pas le nier.
Mais, je crois que les modifications climatiques font partie des constantes depuis que l’Homme existe. Selon les endroits, elles ont été souvent un facteur, je ne peux pas dire bénéfique parce que lorsqu’on vit des conditions difficiles on ne peut pas dire que c’est bien, mais un facteur de progrès. Aussi bien sur le plan technique que sur le plan social.

 

Le Rénovateur Quotidien : Si le Sahara a été toujours été une terre fertile, comment pouvez-vous nous expliquer l’assèchement du climat et l’amoindrissement des ressources qui s’en sont suivis ?

 

Alain Person : Alors, le Sahara n’a jamais été vraiment fertile. Il l’a été à des périodes plus vivables qu’actuellement surtout dans ces franges méridionales. Le Sud du Sahara, c’est une zone où la limite savane/sahel a beaucoup évolué. La disponibilité de ces étendues très importantes a permis quand même à des populations considérables de survivre même de vivre à partir du moment où elles ont su gérer le problème. C’est un problème, à mon sens, mondial.
Il faut qu’on apprenne à gérer. Si, on peut trouver dans ces affaires de néolithique saharienne, des éléments pour comprendre comment il faut réagir positivement à ces contraintes climatiques et qu’on les applique actuellement avec des techniques différentes évidemment. Mais, la démarche c’est la même. C’est une démarche qui va dans le même sens.
Il ne faut pas y voir une optique d’astrologie où nous décryptons la faute à tout le monde, à certains ou à tous. Evidemment, il y en a ceux qui sont plus responsables que d’autres et il faut corriger cela. Mais, c’est surtout la prise en main des vrais problèmes et utiliser les techniques et les progrès scientifiques pour aller dans le sens de gérer ces changements.

 

Le Rénovateur Quotidien : Qu’est-ce qui vous fascine dans ces sites ?

 

Alain Person : Ah ! Avec le temps, c’est une relation un peu intime avec ces sites. J’ai l’impression que c’est une sorte de leçon qu’on peut recevoir de ces gens qui, il y a plus de 4000 ans, se sont trouvés confrontés à des problèmes graves. Pour autant, ils n’ont pas baissé les bras. Ils ne sont pas partis. Ils sont restés. Ils ont trouvé en eux-mêmes des solutions qui leur ont permis de perdurer. Et, moi, ça m’excite !

 

Propos recueillis par Babacar Baye Ndiaye   

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Blog de Babacar Baye Ndiaye - dans Interviews
commenter cet article

commentaires