Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 15:30

publik.JPGLes rideaux sont tombés, depuis ce 17 juin, sur la 4e édition d’Assalamalekoum Festival International. Au total, plus de 100 artistes (chanteurs, musiciens, slameurs, breakdanceurs, peintres…) ont participé à ce grand plateau unique du Hip Hop mauritanien qui a vu défiler Sefyu et Duggy Tee, les deux têtes d’affiche de la 4e édition d’Assalamalekoum Festival International.

 

Parmi ces deux têtes d’affiche, on trouvait Veteran Cosmic Rocker en featuring avec Matador, Monza et Mustaff, Would Cha3b du Maroc, MAM de la Suisse, Keur-Gui de Kaolack, Rapsusklei de l’Espagne et Big Mo du Mali. A leurs côtés, il y’avait une bonne partie de la crème du rap mauritanien comme Dimbé Révolution, Be One Science, Ziza, Minen Tèye, Black Soldat, Yonta Men, Soco Clan, Diam Min Tekky, Bad’s Diom, Coulyman, Paco Léňol et Youpy 4 Ever qui ont délivré des spectacles tout en chaleur.

 

Pendant cinq jours, l’Institut Français de Mauritanie (IFM) et le Stade de Ksar ont accueilli plus de 7000 spectateurs  qui ont pu voir défiler des rappeurs venus de la Mauritanie, du Sénégal, de la France, de l’Espagne, du Mali et du Maroc. Le public a également pu voir différentes cultures urbaines comme le djaying, le slam, le graffiti, le break dance et le streetbasket.

 

La 4e édition d’Assalamalekoum Festival International fut un "véritable moment d’échanges et de partage" pour l’initiateur de cet évènement, Monza. "C’est très important qu’on regarde ce que fait l’autre, qu’on s’intéresse à l’autre. On doit montrer ce que nous sommes, qui nous sommes, ce que nous faisons et surtout ce que nous voulons pour notre continent", indique Monza.

 

Assalamalekoum Festival International a pris des galons. Cette année, cet évènement a tracé une ligne de plus, a nourri un défi qui a commencé en 2008. Et, aujourd’hui, Assalamalekoum Festival International a fait du chemin et se veut, désormais, un tremplin pour booster le rap mauritanien qui est en train d’apporter sa pierre à l’édifice du rap africain.

 

Dans cette optique, le rappeur français d’origine sénégalaise Sefyu espère grandement qu’Assalamalekoum Festival "servira à réveiller les autorités" mauritaniennes dans un sens allant dans le renforcement de la diversité culturelle de la Mauritanie. Mais, Assalamalekoum Festival, c’est aussi l’occasion de se soucier des personnes handicapées.

 

En amont de la 4e édition, s’est tenu, un tournoi de Street Basket qui fait partie également de la culture Hip Hop. "C’est très important d’associer les personnes handicapées afin qu’elles sentent qu’on les prend en considération", se réjouit Seydou Sarr, membre de la Fédération Mauritanienne de Handisport.

 

En parallèle des concerts, ateliers, projections de films, conférences, slam et autres rencontres, le public a pu découvrir, à travers une exposition, des photos de l’artiste plasticien Béchir Maloum sur le "Président 2La Rue Publik", ou encore le Street Wear d’Esprit Peul, de Nekk Nite, de From Fouta. Une manière de favoriser et de promouvoir cette culture urbaine aux débuts balbutiants en Mauritanie.

 

Après dix ans d’absence en Mauritanie, Duggy Tee qui effectuait son grand retour a livré un spectacle haut en couleurs. Ce soir-là, le public a découvert un Duggy Tee entrainant qui groovait reggae sous la fraicheur estivale de la nuit qui s’effilochait difficilement. Un show que le public a dégusté avec beaucoup de gourmandise jusque vers les coups de 2h du matin.

 

Mais, avant de nous quitter, après sa descente sur la scène, il a voulu qu’on entende ce message de fraternité: "C’est vrai qu’il existe des cultures différentes entre le Sénégal et la Mauritanie mais au fond elles se ressemblent toutes. On a les mêmes cultures et les mêmes valeurs. On est tous des africains". C’est sur ces paroles que s’est achevée la 4e édition d’Assalamalekoum Festival International.

 

Babacar Baye Ndiaye dit leducdejoal

Partager cet article

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Assalamalekoum Festival International n°4
commenter cet article

commentaires