Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 01:07

cheikh-baby.jpgEn plus d’être le manager du groupe de Rap mauritanien B.O.B, actuellement établi en France (Papis Kimmy), Cheikh Baby est à la fois producteur, organisateur de spectacles et promoteur de musique. Le groupe qu’il dirige aujourd’hui, B.O.B, fait partie des premiers groupes de Rap en Mauritanie. Ce groupe joue du dance hall et du Rap. Leurs prestations sur la scène musicale mauritanienne ont laissé bien des souvenirs auprès du public. B.O.B est-il toujours ce qu’il a été ? Eléments de réponse dans cette interview que nous avons eue avec le manager, Cheikh Baby.

 

Le Rénovateur Quotidien : Depuis quelques temps, B.O.B est en Mauritanie. Comment se passe le retour au pays natal ?

 

Cheikh Baby : Le retour de B.O.B se passe dans de bonnes conditions. C’est vrai que les membres du groupe vivent présentement en France plus précisément à Lyon mais leur esprit est toujours en Mauritanie.

 

D’ailleurs, ils envisagent de faire beaucoup de choses dans notre pays. Ils comptent même ouvrir un studio à Nouakchott et beaucoup d’autres choses. Ils veulent vraiment aider les jeunes mauritaniens qui rêvent de faire du Rap. C’est pour vous dire qu’ils ont beaucoup de projets en tête. Nous espérons bien que cela va se réaliser !

 

Le Rénovateur Quotidien : B.O.B a marqué, à un moment donné, les esprits. Est-ce que vous avez encore l’impression depuis votre retour que cette notoriété est restée intacte ?

 

Cheikh Baby : Effectivement ! Parce que B.O.B, si j’ose dire, est le premier groupe de Rap mauritanien. Même si le groupe est établi en France, B.O.B a son public en Mauritanie. Ils essaient toujours de satisfaire le public mauritanien. Je crois que c’est très important d’être toujours en rapport avec son public. Ils sont revenus. Leur public est resté toujours le même. D’ailleurs, ils ont fait un concert à Nouakchott qui a été bien apprécié ! Ils étaient aussi à Nouadhibou.

 

Le Rénovateur Quotidien : Pourquoi donc vous êtes toujours en France étant donné que vous avez un public en Mauritanie ?

 

Cheikh Baby : Ils étaient partis en France pour juste améliorer leur musique. Ils sont partis non pas pour rester mais, si j’ose dire, pour travailler et acquérir une nouvelle expérience. Leurs sources, leurs racines, c’est ici en Mauritanie. Ils sont fiers d’être mauritaniens et ils veulent vraiment apporter beaucoup de choses à ce beau pays qu’ils aiment tant.

 

Le Rénovateur Quotidien : Le retour définitif au pays, y pensez-vous ?

 

Cheikh Baby : Mais, bien sûr ! Dès que leurs projets seront achevés en France, ils rentreront au pays pour s’installer définitivement et faire plein de choses en Mauritanie. C’est ce qu’ils envisagent de faire. Aujourd’hui, nous pensons que le contexte est assez favorable pour que B.O.B revienne en Mauritanie.

 

Pour la bonne et simple raison que le Hip Hop est très bien aimé dans notre pays. Le public aime le Hip Hop. Je ne vois pas donc pourquoi ne reviendraient-ils pas définitivement au bercail pour aider d’autres jeunes comme eux qui veulent vraiment évoluer dans le Hip Hop.

 

Le Rénovateur Quotidien : Vous êtes un connaisseur du Hip Hop mauritanien. Quel regard jetez-vous sur ce milieu qui a dû mal à se faire accepter ?

 

Cheikh Baby : Il y a des jeunes qui ont plein de talents. Il s’agit de jeunes malheureusement qui ne sont pas soutenus. Nous avons de bons rappeurs et d’excellents groupes de Rap. Seulement, ils n’ont pas la chance d’être épaulés par l’Etat. Ces jeunes-là ne demandent qu’à être appuyés.

 

Mais, malheureusement, si l’un d’entre eux a envie de faire un concert, c’est un problème parce qu’il n’y a même pas de salles pour organiser un concert. On a seulement la Maison des jeunes. Même là aussi, pour l’acquérir, c’est très difficile car le directeur ne veut pas qu’on fasse de Hip Hop dans la salle. C’est valable aussi avec le terrain de basket-ball qu’on nous louait gratuitement. Ce n’est plus le cas maintenant.

 

Les rappeurs n’ont pas de moyens. Ils n’ont pas de sponsors. Là, aussi, c’est un handicap pour le développement du Hip Hop en Mauritanie. Je demande aux autorités d’aider cette jeunesse pour qu’elle puisse faire ce qu’elle a envie de faire.

 

Le Rénovateur Quotidien : Que pensez-vous de la percée de certains groupes de Rap comme Military Underground, Diam Min Tekky, Ewlad Leblad ? Cela vous rassure-t-il ou vous fait-il peur en tant que manager de B.O.B ?

 

Cheikh Baby : Cela me rassure ! C’est des groupes que j’apprécie beaucoup. C’est des groupes que je respecte énormément. Ils ont de l’avenir. Ils ont du talent. Mais, comme je l’ai souligné tantôt, les talents existent en Mauritanie mais ils ne sont pas soutenus. Ce sont les moyens qui manquent et cela ne fait que retarder l’évolution du Hip Hop en Mauritanie. Si l’on essaie de les aider, ils vont apporter beaucoup de choses au pays.

 

Propos recueillis par

Babacar Baye Ndiaye

Partager cet article

Repost 0
Published by ducdejoal - dans Musique
commenter cet article

commentaires