Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 14:49

Cheikh Hamidou KaneCheikh Hamidou Kane, qui est en Mauritanie dans le cadre de la première édition des "Rencontres Littéraires", a appelé lundi les intellectuels africains à s’intéresser davantage à leurs langues nationales afin qu’elles soient transcrites, codifiées et enseignées à tous les niveaux d’enseignement sans que cela ne soit nécessairement en contradiction avec l’enseignement des langues modernes.

 

"Il n’y a pas d’incompatibilité. Ce qui n’est pas tolérable, ce qui n’est pas acceptable, ce qui n’est pas possible de continuer de faire, c’est de ne pas utiliser nos langues pour l’enseignement depuis la maternelle jusqu’à l’université", a déclaré l’auteur de "L’Aventure Ambiguë", au cours d’une table ronde intitulée "Maghreb-Afrique noire, quelle culture en partage".

 

"Cela ne suffirait pas, a-t-il toutefois indiqué. Il faut de surcroît modifier les programmes d’enseignement pour y inclure non pas seulement comme on le fait de plus en plus avec notre histoire avec l’histoire de France ou celle de l’Europe."

 

Cheikh Hamidou Kane a expliqué, en appelant les intellectuels africains à s’inspirer de notre histoire et de notre passé, qu’il ne cherchait pas à plaider pour un retour aux sources mais bien un recours aux sources.

 

Cheikh Hamidou Kane a en outre jugé paradoxal que "le peuple africain soit le peuple le plus pauvre du monde". "C’est quelque chose qui est inadmissible et qui ne résiste pas à la raison", a dit l’auteur  de "Les Gardiens du Temple" en soutenant que l’Afrique pourrait être l’espoir du monde si l’on en juge les potentialités dont il est riche.

 

Babacar Baye Ndiaye

Partager cet article

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Conférences
commenter cet article

commentaires