Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 16:16

soyawatt2 3875L’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Mauritanie Jo Ellen Powell s’est dite "impressionnée", jeudi soir, à Nouakchott, par les dix films réalisés par des jeunes cinéastes mauritaniens ayant pris part à une session de formation organisée par Studio Holpac et StepFilms en partenariat avec l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Mauritanie.

 

"Permettez-moi de vous dire combien nous sommes impressionnés par votre sérieux et par votre sens de la responsabilité. Vous avez tous le même objectif, celui de mettre le cinéma mauritanien sur des rails solides", a lancé Jo Ellen Powell aux dix jeunes cinéastes, lors d’une cérémonie de projection de leurs films réalisés. "J’espère que l’écho de votre message audio-visuel et la substance de votre aspiration seront entendus. C’est un message qui doit promouvoir les valeurs de la démocratie, de la justice et de la bonne gouvernance", a poursuivi l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Mauritanie.

 

Jo Ellen Powell a aussi réaffirmé l’engagement de son pays à accompagner ces jeunes cinéastes dans leur dynamique de disséminer le message de paix et de cohésion entre les mauritaniens. "Mon vœu le plus ardent est que cet élan puisse continuer et que le peuple mauritanien s’en inspirer. Les objectifs étant désormais définis, il s’agit de rentrer dans la phase pratique de la mise en œuvre d’une production cinématographique compétitive", a-t-elle dit.

 

Les films réalisés par les jeunes mauritaniens rentrent dans le cadre d’un programme destiné au développement du cinéma mauritanien. "J’ai beaucoup appris au cours des trois dernières semaines. J’ai appris beaucoup au sujet des défis auxquels les mauritaniens sont confrontés, la diversité de la Mauritanie et du dynamisme qui le caractérise", a déclaré, de son côté, Stéphanie Forester, formatrice à StepFilms.

 

"Pendant le tournage et le montage, nous avons été confrontés par des petites surprises (techniques et logistiques). Ces surprises font partie de chaque film et elles se transforment souvent en beaux souvenirs", révèle Stéphanie Forester. "Chaque rêve commence avec une première étape. Achever cette première étape est généralement la partie la plus difficile", a complété Jamie William Ravetz, attaché culturel de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Mauritanie.

 

Babacar Baye Ndiaye

Partager cet article

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Sy 04/09/2011 02:37


Je suis trés fière d'être mauritanienne et je vous encourage beaucoup courage