Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 21:51

Khalzo.jpgCelui-là, on l’avait presque perdu de la circulation. A tort ou à raison, on l’a accusé, entre temps, de vouloir passer le restant de sa vie au Sénégal où il est actuellement en train de suivre des études en animation 3D, radio et télévision. Il s’est défendu contre toutes ces allégations qui, selon lui, sont infondées et affirme n’avoir aucun dessein de rester au pays d’Abdoulaye Wade.

 

"Certes, le Sénégal offre de nombreuses opportunités. Mais, cela ne me poussera jamais à s’installer dans ce pays. Loin de là. Je suis mauritanien et je le demeure. Je suis parti au Sénégal afin de m’instruire pour éventuellement revenir dans mon pays et s’y investir", a-t-il expliqué.

 

Comme pour narguer ses détracteurs, il a soutenu que sa présence à Assalamalekoum Festival International doit pousser à ces derniers d’éviter de prendre des vessies pour des lanternes. L’animateur, qui est très engagé sur certaines questions comme la discrimination, s’est fendu d’une critique très acerbe à ceux qui voudraient promouvoir les vieux réflexes identitaires à travers la question de l’arabisation.

 

"Nous sommes confrontés à un problème de dialogue. Sinon, on n’en serait pas à ce niveau-là. Aujourd’hui, en Mauritanie, on ne peut pas dire qu’il y’a une véritable cohabitation. Et je crois que tenir des discours discriminatoires ne mènera nulle part notre pays", dit-il.

 

Quand Dj Khalzo fait sa sortie, il ne le fait pas à moitié. A ce titre, il a soutenu que la Mauritanie mérite mieux que cette sobre image qu’elle reflète soulignant que le processus de démocratisation que le régime actuel a entrepris ne sera complet que s’il y’a une libéralisation des ondes, ciment de toute liberté d’expression.

 

"Si, aujourd’hui, on organise un concert et qu’à partir de minuit, il y’a la police qui disperse le public, il n’y a pas encore de changement", illustre-t-il. Il ajoute : "Tous les mauritaniens, dans leurs différences veulent s’exprimer. Chaque communauté se méfie de l’autre. Du coup, on se retrouve dans un cercle de méfiance", dit-il, croyant, qu’avec l’avènement de la libération des ondes, on pourra dépasser cette limite.

 

L’animateur a aussi regretté l’absence de dialogue et de communication entre les différentes communautés du pays avant d’appeler la jeunesse mauritanienne à ne pas accepter d’être prisonnière de cette situation.

 

"La jeunesse mauritanienne est victime de tout", dit-il en expliquant qu’elle est victime, à titre d’exemple, de discrimination et surtout de l’indifférence des pouvoirs publics. "Cette jeunesse veut s’exprimer et s’épanouir…", a-t-il avoué, en profitant pour dire qu’il n’y aura pas d’anniversaire pour ses 8 ans de micro pour la bonne et simple raison qu’il est concentrée sur ses études. Dommage !!!

 

Babacar Baye NDIAYE

Partager cet article

Repost 0

commentaires