Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 19:43

ely_fatma-copie-1.jpgDepuis 1980, la décoratrice Mauritanienne s’active à faire connaître l’architecture traditionnelle des femmes de Oualata dans le sud de la Mauritanie.

La Mauritanienne Fatma Ely, 42 ans, a fait découvrir au public du festival des arts nègres les traditionnelles portes de Oualata lors de l’exposition de l’architecture au Cices.

Cette ville ancienne logée à près de 1 300 kilomètres de Nouakchott présente une architecture murale ornée de dessins arabesques. ‘Ils sont inspirés de la décoration musulmane, arabe et africaine’, fait savoir Ely.

Oualata, très connue pour ses portes et fenêtres située à l’est de la Mauritanie, fait partie de ces villes, comme Tichite, Chiguetti qui conservent leur histoire et leurs traditions à travers la décoration des entrées et mûrs. Ces gravures en niches ou en triangles montrent des charpentes faites avec du bois de palmier. La décoration s’aligne avec l’environnement rocheux et désertique de Oualata.

Ces ornements sont réalisés par les femmes de cette zone. ‘Après les récoltes, elles n’avaient plus rien à faire et là, elles s’occupaient dans la décoration de leurs maisons, portes et murs’, explique la Mauritanienne. Oualata est un ancien carrefour des caravaniers de sel transsahariens. Fatma Ely est l’une des héritières de cette technique de décoration traditionnelle. ‘Je n’ai fait aucune école d’art, j’ai appris cette technique sur le tas en regardant ma grand-mère. Je fais partie d’une famille qui a toujours fait cela’, explique-t-elle.

La Mauritanienne heureuse d’exposer son art à Dakar rappelle que ‘depuis 1980, elle s’est spécialisée dans la décoration des portes de Oualata. Elle est née et a toujours vécu avec cette architecture traditionnelle.

Mariée et mère d’une fille de 21 ans, le vœu de Fatma Ely est aujourd’hui, d’internationaliser cet art. Elle a participé à plusieurs expositions dans le monde. Notamment, l’exposition de Hanover en Allemagne en 2000, en France en 2008, et en Espagne 2009. Son objectif est de montrer au monde que son pays et particulièrement Oualata, a une culture extraordinaire.

Source: CRIDEM avec Fatou K. Sene (Walfadjiri du Sénégal)

Partager cet article

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Portraits-Rencontres
commenter cet article

commentaires