Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 17:28

fesman-2009.jpgParmi les nombreuses activités du Festival mondial des arts nègres (Fesman), il y a le Forum des intellectuels sis à l’hôtel Le Méridien Président. C’est le lieu des échanges entre les  savants du monde noir.

 

Plusieurs thèmes ont fait  l’objet d’une discussion féconde : la géographie des noirs pour situer la diaspora africaine dissimulée dans toutes les parties du globe, la Renaissance africaine  qui "nécessite une solidarité et une unité pour faire face au nouveau défi du monde", selon le professeur Iba Der Thiam, président du Forum "l’Afrique et sa diaspora pour construire les Etats – Unis d’Afrique, Haiti et l’héritage africain…"

 

Les  moments forts  de ces retrouvailles sont sans aucun doute  les rencontres entre les intellectuels et artistes d’Afrique et de la diaspora avec le Président Abdoulaye Wade. En africaniste engagé, il a relaté dans plusieurs anecdotes, comment il a réussi à contredire "certains ignorants des réalités africaines", en Europe et aux Etats-Unis parce qu’il maîtrisait mieux qu’eux les disciplines scientifiques et littéraires enseignées dans leurs propres langues.

 

Le  Président du Sénégal a démontré preuve à l’appui que l’homme noir peut bel et bien gagner le combat de "sa renaissance" en s’investissant dans l’Education et en s’appropriant  les dernières innovations des techniques de l’information et de la communication.

 

Dans ce cadre, il a balayé du revers de la main les allégations faisant croire que l’homme noir n’a rien inventé et qu’il a été absent dans les grandes périodes de l’évolution du monde. Me Wade a fait savoir que depuis les périodes les plus sombres de l’esclavage et de la domination, l’africain puisqu’il s’agit de lui, a toujours trouvé des merveilles mais que ces découvertes ont été tout le temps attribuées aux maîtres.

 

Pour conquérir la place qui lui sied dans le concert des nations respectées, Me Wade ne voit que les Etats-Unis d’Afrique comme solution. Un message auquel ont adhéré les très fortes délégations américaines et brésiliennes  qui ont exprimé leur  joie de retrouver la terre de leurs origines. 

 

La situation difficile des noirs de Papouasie Nouvelle Guinée muselés et réduits en esclavage par le pouvoir Indonésien, présentée de manière pathétique par un représentant de la communauté, exilé à Londres, a ému la salle. Il y en avait qui avaient les larmes dans les yeux. Décidemment la bataille de la libération des noirs n’est pas terminée.

 

Par Yéro Amel Ndiaye, à Dakar (Biladi, quotidien Mauritanien)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article

commentaires