Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 15:38

Cun-Mc.jpg 

Il n’a été nulle part aperçu l’ombre de la Ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports Cissé Mint Cheikh Ould Boide sur les différents lieux de manifestations de la fête de la musique du 21 juin 2010 ni entendu que son département aurait soutenu une quelconque démarche dans ce sens. Tout bonnement, Cissé Mint Cheikh Ould Boide qui a peut-être ses raisons a zappé la fête de la musique.

 

L’absence ou la faible implication des pouvoirs publics, à travers le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, a largement pesé sur la célébration de la fête de musique. Cette année encore, comme à l’accoutumée (mais jusqu’à quand ?), le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports a snobé la fête de la musique qu’il était sensé renforcer l’enthousiasme auprès du public. Loin de là. Toujours et encore, ce ministère continue à cultiver une image de mépris, à la limite révulsant, au sujet de la fête de la musique. Le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, faut-il le dire, n’a jamais pensé redresser la barre.

 

Comment un département de la Culture peut-il, ne pas être à la mesure, d’organiser une (sa) fête de la musique ? Cela donne une envie de vociférer tellement que c’est hallucinant et révoltant. Ou alors, doit-on croire à celui qui pense que malheureusement, ce n’est pas dans la culture mauritanienne de soutenir tout ce qui est culturel ou artistique.

 

Comment un ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports peut-il être incapable de prévoir un budget spécial pour la fête de la musique pour en faire profiter à tout le monde et surtout permettre aux artistes de donner de la voix ? Comment aussi une ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports peut-elle s’exclamer et dire qu’elle n’a pas de l’argent à donner au sujet de la fête de la musique ?

 

Sous couvert d’anonymat, quelqu’un qui était parti sollicité son appui avoue que Cissé Mint Cheikh Ould Boide lui aurait dit qu’"elle n’a pas de moyens mais par contre, elle peut mettre à leur disposition tout ce qui est autorisation."

 

La fête de la musique version mauritanienne aurait accouché d’une souris si le président de la Communauté Urbaine de Nouakchott n’avait pas mis la main dans la poche pour soutenir le REMEDE et Rap RIM Connexion qui ont décidé d’organiser la fête de la musique. C’est un secret de polichinelle, Ahmed Ould Hamza, malgré ses moyens très limités, essaie tant bien que mal de contenter tout le monde. Sa générosité, sa disponibilité et son implication ont valu aujourd’hui à la Culture et aux Arts de se requinquer.

 

Contrairement à Cissé Mint Cheikh Boide, Ahmed Ould Hamza ne s’est pas privé de se rendre sur les lieux des manifestations et de se dissoudre dans le public. Cela nous réconforte au moins de savoir qu’il y’a quelqu’un qui aide les artistes.

 

Babacar Baye NDIAYE

Partager cet article

Repost 0
Published by leducdejoal - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article

commentaires