Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 20:18

Tonyafiya.JPGComme Black Fouta, Toniafiya, le premier qualifié de la finale d’Assalamalekoum Découvertes 2012, est aussi une fierté pour la ville de Kaédi. Son fondateur, Kalidou Sy, épaulé par son frère, Bocar Sy, est un pur produit de la rue.

Fidèle abonné de l’école buissonnière, Kalidou Sy a passé son enfance à Kaédi, dans le sud du pays. Cette séquence de sa vie est rythmée par des baignades au fleuve, des escapades par-ci et par-là dans la brousse. A l’école de la rue, il va goûter à l’argent facile, découvre le vagabondage. La fin de la récréation sera très vite sonnée par ses parents qui décident manu militari de l’envoyer à Nouakchott.

Là, aussi, il va continuer le même train de vie. Pire, il va tomber plus bas dans le trou de l’incrédulité, de la déperdition, de la délinquance juvénile. Il sera sauvé par son passage au Centre de Formation et d’Insertion Professionnelle de Caritas Mauritanie qui se situe à Dar-Naïm. Le jeune adolescent y sortira avec la qualification de soudeur, métier qu’il a aujourd’hui arrêté d’exercer pour avoir goûté aux délices que procurent la découverte et la rencontre avec la scène.

Et, pourtant, au début, en 2005, c’était juste pour "délirer", explique, l’air calme, Kalidou Sy. A cette époque, il était un fidèle connecteur du rap de Tupac Amaru Shakur dit 2Pac et de Christopher Brian Bridges alias Ludacris. "C’est à travers leurs rimes que j’ai commencé à écrire mes textes", se souvient encore Kalidou Sy.

A partir de 2007, lors d’un voyage, à Zouérate, dans le nord du pays, le rap se révèle inévitablement en lui. Il va interpréter un titre, Kétodé, qui marquera à jamais ses véritables débuts sur la scène. La réaction du public est immédiate et sans appel. Le message qui y est lancé est accrocheur. Ce morceau qui parlait des enfants de la rue, de la sexualité, de la dépravation des mœurs, du viol, de la prison fera mouche à Zouérate.

Ce voyage lui donnera des suites dans les idées. De retour à Nouakchott, il s’intronise Caporal et soigne davantage son image. Depuis, Kalidou Sy a dans la foulée fait du chemin en irriguant sa passion de rencontres, d’envie d’aller de l’avant. Et, ce n’est pas un hasard si Toniafiya s’est retrouvé dans le carré d’as de la finale d’Assalamalekoum Découvertes 2012. D’ailleurs, pour cette finale, Toniafiya a décidé de placer très la barre en interprétant des titres ressortis dans leur répertoire et composés entre 2009 et 2012. Du rap, du r’n’b et du raggaeton seront servis à gogo au public et notamment au jury.

Lors de cette finale, Toniafiya fera entendre une nouvelle fois ses chansons semées de messages forts dénonçant tantôt l’injustice et la corruption, tantôt appelant à la fraternité, à la paix et à l’unité. Mais, d’ici là, le groupe aimerait que les pouvoirs publics se soucient du sort des enfants qui se rendent, tous les jours, à leurs écoles situées à des kilomètres de leurs maisons.

Babacar Baye NDIAYE

Partager cet article

Repost 0

commentaires