Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 20:28

assala_finale_1065-copie-2.JPGLe parc OMVS a accueilli vendredi soir la finale tant attendue de la deuxième édition d’Assalamalekoum Découvertes 2012 parrainée par la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN). Le jury a longuement délibéré avant d'annoncer le vainqueur de cette seconde édition d'Assalamalekoum Découvertes 2012.

L’annonce de leur nom a jeté une douche froide sur le public qui s’en est allé en critiquant fortement le choix des membres du jury. Retour sur cette finale d’Assalamalekoum Découvertes 2012 très controversée.

A 21 heures, l’affluence était encore très faible. A Nouakchott, le public se fait toujours désirer. Il ne pointe le nez au fur et à mesure que la nuit se creuse. Pendant que l’on s’interrogeait, de l’autre côté, sur la scène, Papis Koné, Cheikhou Bâ, Ousmane Touré et Houdou Bâ ajustaient leurs accords. Le rap est à l’honneur.

"Ce soir, ce sera hyper chaud", assure Mister X. Puis, pêle-mêle, il tire le chapeau au public "qui répond à chaque fois aux appels des arts urbains", rappelle les noms des finalistes de la première édition, Tilly Men, Crazy Poblème, Maxi-Révolution et Ziza. Dans la foulée, il célèbre "le soutien infaillible et inoxydable" de la Communauté Urbaine de Nouakchott et de l’Institut Français de Mauritanie (IFM).

Il présente, tour à tour, les membres du jury composée de Fassa Oumar alias Farouck, Frémondière Vincent, Emilie Droin, Maimouna Mint Saleck, Yéro Djigo, Mahfoudh Ould Mohameden et Athié Mohamed El Michry.


Sous le chapiteau du jury


A peine descendu de la scène, les instruments résonnent déjà derrière Mister X. Toniafiya donne le coup d’envoi. Ce groupe, originaire de la ville de Kaédi, dans le sud du pays, propose d’entrée de jeu une couleur musicale en demi-teinte. Mais, au deuxième morceau, Toniafiya tente de rectifier le tir en explorant la thématique de l’émigration et des réalités dramatiques des quartiers pauvres sur des airs improvisés.

Puis, arrive, l’heure des questions qui portent sur le rap, la corruption, l’insalubrité. Une manière pour le jury de tester le quotient intellectuel de celui qui défendra la Mauritanie à l’étranger.

A son tour, Black Fouta va démarrer avec une ambiance bon enfant pour tenter de convaincre les membres du jury. D’ailleurs, certains d’entre eux vont leur coller des commentaires positifs. "Je suis très impressionnée par ce que vous faites notamment votre accoutrement. Vos chansons sont extraordinaires. Vous m’avez procuré de bonnes impressions", commente Maimouna Mint Saleck. "Avec vous, le rap mauritanien se porte très bien", renchérit Mahfoudh Ould Mohameden.

Dès l’entame de sa prestation, Six Men, grand favori, donne des airs d’essoufflement, piétine sur sa musique. Lui qui est connu pour sa vivacité, il a du mal à se détacher de l’énorme charge de la pression et du stress. A part quelques cris de rage, Six Men n’a pas été véritablement au rendez-vous de cette finale.

Après Six Men, NNL a enfilé son manteau de prétendant au prix d’Assalamalekoum Découvertes 2012. Devant eux, leurs fans s’agitent, crient leur nom, se défoulent. L’ambiance devient folle. Et, NNL se déchaine davantage, emballe, à son tour, le public qui se révèle conquis. 100 % motivé, NNL fait monter la pression. Les membres du collectif enlèvent leur manteau pour montrer leurs t-shirts. On y voit, inscrit en grosses lettres, NNL noyé par un gros point d’interrogation qui renvoie à la situation de communautarisme que vit le pays.

"Le live est très correct. Le style nous a impressionnés. La présence scénique extraordinairement bien faite", fait remarquer Mister X. "On a vu un bon duo, une bonne complicité", complète Emilie Droin.


Le suspens


Les membres du jury se retirent ensuite, loin des regards suspects et furtifs, pour délibérer. "Ce fut une aventure extraordinaire, un long chemin. Ce concours est là pour chercher le talent", rappelle Mister X. Devenu un rêve, Assalamalekoum Découvertes est avant tout "une démarche pédagogique".

La deuxième édition d’Assalamalekoum Découvertes 2012 sera clôturée par une prestation du lauréat de l’année dernière, Ziza, qui a enflammé le public. Sur la scène, Ziza a été comme en voyage. "J’ai été au Sénégal. C’était super. C’était aussi dur. Au Sénégal, c’est de grosses pointures qui sont là-bas", raconte-t-il avec d’anecdotes et de sang-froid. Malgré qu’il écoute, le public avait l’esprit rivé sur le futur vainqueur d’Assalamalekoum Découvertes 2012. Mister X sera rejoint, avant la minute de vérité, sur la scène par Athié Mohamed El Michry.

"Il y’a du talent en Mauritanie. A ceux qui ont décidé de faire de la musique une carrière, ce n’est pas tout de suite que vous allez devenir des professionnels. Il faut travailler. C’est le travail qui paie. Ceci étant dit, pour ceux qui ont été qualifiés pour les finales, cela a été difficile pour le jury mais nous l’avons fait consciencieusement", dit-il.

Il ajoute, à l’endroit des finalistes de la deuxième édition d’Assalamalekoum Découvertes 2012 : "Vous nous avez donné une soirée magnifique. Ils se valent tous. Mais, en toute compétition, il faut un gagnant. Mais, celui qui a gagné, c’est vous la jeunesse. Je crois que ce soir, ce que je vois là est déjà rassurant. Mais, il faut que l’Etat donne un peu plus de regard à la culture urbaine. Aujourd’hui, tout se passe dans les grandes villes. C’est vous qui devez obligés à l’Etat, au ministère de la Culture à s’intéresser à vous en faisant de la musique et de la bonne musique".

Ces propos sont nourris par des tonnerres d’ovations et de sifflements. "Un peu de silence, s’il vous plait", lance Mister X. L’écho des voix s’intensifie toujours. "Alors, un peu de silence", répète-t-il. Il appelle Toniafiya, Black Fouta, Six Men et NNL sur la scène. "On a eu de belles prestations", conclut Mister X qui fait durer le suspens avant de lâcher le vainqueur d’Assalamalekoum Découvertes 2012 : "Black Fouta!".

Le groupe remporte ainsi, avec beaucoup de surprise, la deuxième édition d’Assalamalekoum Découvertes 2012 avec 52 points, devant Six Men qui a totalisé 50 points. "Le score a été très serré", indique Maimouna Mint Saleck qui explique le choix porté sur Black Fouta par leurs "textes d’ouverture et de réconciliation", leur "authenticité", leur "innovation". "Ce sont des détails qui montrent qu’ils sont différents des autres. Leur rap est plus moderne", confie Maimouna Mint Saleck.

Le Prix d’Assalamalekoum Découvertes 2012 sera remis le 25 juin à l’Institut Français de Mauritanie.

Babacar Baye Ndiaye

Partager cet article

Repost 0

commentaires