Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 22:45

Ibrahima-Fall.JPGJusqu’au 31 janvier 2011, l’artiste plasticien mauritanien Ibrahima Fall exposera ses œuvres dont le vernissage a eu lieu lundi dernier au Centre Culturel Marocain de Nouakchott. Au nombre de 22, la collection des tableaux d’Ibrahima Fall est très célèbre pour ses perspectives plongeantes et cavalières.

 

Tout est coagulé dans ses toiles à tel point qu’on risque de ne pas voir les figures géométriques qui s’entremêlent et dévoilent des motifs complètement design-rythmiques. Sa peinture est toujours restée la même. Cela fait longtemps qu’Ibrahima Fall n’a pas exposé mais sa peinture n’a pas pris de rides ni perdu sa vivacité.

 

Cette fois-ci, dans son exposition, Ibrahima Fall, architecte à ses heures, nous invite dans le labyrinthe de ses tableaux qui portent les traces de ses cours de géométrie et qui permettent d’entrevoir la manière dont il représente les dimensionnements les plus incongrus.

 

Avec une prouesse remarquable, ce vieux zoo de la peinture mauritanienne né à Rosso en Mauritanie en 1960 et qui s’est imposé comme l’une des figures marquantes des arts plastiques promène son pinceau dans le quotidien des mauritaniens, déclenche un mouvement émotionnel, de l’envie.

 

Il se ballade pour apprécier et observer ce qui se déroule sous ses yeux tout en se laissant engloutir par les rayons et les flots de l’actualité dans un délice sur nature. Puis, subitement, Ibrahima Fall jette l’encre et se perd dans le naufrage de la vie et des lamentations.

 

Ibrahima Fall fait partie des premiers artistes qui ont lancé l’art en Mauritanie en compagnie d’autres comme Mokhis et Mamadou Anne. Et, aujourd’hui, il est très enchanté de voir des jeunes mauritaniens s’intéresser de plus en plus à l’art. Chez lui, les thèmes et les couleurs ont le même langage.

 

Certaines œuvres de sa dernière collection montre qu’il ne se contente pas seulement de peindre la vie, le monde, l’humanité à grands traits. La dégradation de l’environnement, l’immigration clandestine, l’esclavage…On voit bien avec quels regards Ibrahima Fall traite l’actualité, prend de vitesse ses contemporains, pousse de loin son sens de l’analyse, de l’observation et sa liberté d’évocation.

 

Ainsi, l’exposition d’Ibrahima Fall donne des idées. Après une longue absence, il veut revenir à ses premières amours et remplir pleinement sa vie d’artiste plasticien qu’il avait presque mis sous scellé. Ibrahima Fall a participé à la réalisation de plusieurs œuvres artistiques comme la fresque destinée à la Présidence de la République de Mauritanie intitulée "Bilad Chinguitt à l’horizon 2000".

 

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

1.JPG

3.JPG2.JPG

5.JPG4.JPG

6.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Peinture-Exposition-Photographie
commenter cet article

commentaires