Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 19:33

isabel-fiadeiro.jpgDepuis des siècles, le désert du Sahara occidental fascine les voyageurs, les visiteurs, les touristes du monde entier. Et d’ailleurs, que n’a-t-on pas écrit, dit, peint, dessiné et filmé sur cette vaste étendue de sable aux mille charmes irrésistibles. Isabel Fiadeiro, une artiste-peintre d’origine portugaise, parcourt inlassablement le désert mauritanien depuis plus de trois ans toujours avec le même plaisir.

 

Voulez-vous faire plaisir à Isabel Fiadeiro ? C’est très simple : parlez-lui du désert. Depuis quelques années, elle expose ses aquarelles qui constituent le reflet de tout ce qu’elle a vu et rencontré durant ses séjours dans le désert mauritanien. En regardant ses aquarelles descriptives et réalistes, on est tenté de dire que le désert exerce sur elle un poids de fascination dans son âme. "Je suis, dit-elle, complètement amoureuse du désert. Il me fascine beaucoup."

 

Par ailleurs et à vrai dire, c’est un penchant naturel qu’elle éprouve pour les gens qui vivent dans le désert. "J’aime beaucoup la Mauritanie et les gens. Je passe beaucoup de temps dans la badiyaa mauritanienne. J’y fais souvent des séjours de trois à quatre semaines".

 

Elle ne vit que de la peinture : c’est sa vie, son domaine de prédilection. Son amour aux dessins remonte depuis son enfance. "J’ai commencé à peindre depuis que je suis toute petite. C’est ma vie. C’est mon travail. C’est la seule chose que je fais. J’ai toujours dessiné mais la peinture je l’ai commencée plus tard. J’ai étudié la peinture mais c’est une activité qui fait partie de ma vie".

 

La peinture pour elle est une véritable passion à laquelle elle ne peut résister mais aussi c’est une façon pour elle de communiquer avec les gens principalement. Ces dessins nous permettent de mieux comprendre la vie dans les badiyaas mauritaniennes, nous dévoilent beaucoup de réalités en nous révélant aussi leur contrariété.

 

De dessins en dessins, nous passons à un univers étrange qui nous dévoile son jardin secret. Cependant, c’est très difficile, reconnaît-elle, de transmettre ses émotions, ce qu’elle ressent, parce que, selon elle, chaque personne voit d’une manière différente et apporte sa propre expérience.

 

Pour cette femme portugaise qui connaît assez bien la Mauritanie, il n y a pas de grande différence entre Nouakchott et les autres grandes villes d’Europe. "Je trouve que la vie à la badiyaa est beaucoup plus facile ; les gens sont très accueillants. Par contre, les gens de la ville me font penser au Portugal. Ici, en ville, les gens sont entre deux mondes et parfois, ça peut être difficile".

 

Babacar Baye Ndiaye

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires