Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 17:16

senaf_cinema.jpgLa 5e édition de la Semaine Nationale du Film de l’année 2O1O a pris ses quartiers au village de la biodiversité. Visiteurs comme participants, ils sont tous tombés sous son charme. Aux petites heures de la matinée, le décor est sublime et feutré.

 

Pendant la nuit, au moment où on projette des films, le village de la biodiversité offre un tout autre spectacle sous le bruissement des sons et lumières et les pas précipités des visiteurs tirés par le poids et le tressaillement de la nuit.

 

"C’est beau ! C’est impressionnant ! ", déclare Mabrouka Khedir, journaliste à la Deutsche Welle. "C’est un village qui reflète le monde du cinéma. C’est un espace où on peut s’échanger les idées", ajoute-t-elle.

 

"Ce village m’impressionne. Il permet à la population de Nouakchott de souffler", a souligné Taki Ould Abdel Haye, metteur en scène de formation.

 

Pour ce sortant de l’Institut Supérieur de l’Art Dramatique de Tunis, le village de la biodiversité, plus qu’un lieu de divertissement, de culture, d’échanges et de rencontre, est en train de permettre aux jeunes de découvrir le monde du cinéma.

 

"Dans ce pays, nous manquons des espaces culturels. Alors, si, on a ce genre d’espaces, cela ne fera que raviver le développement du cinéma", se réjouit-il.

 

Depuis le 23 novembre, le village de la biodiversité est devenu le temple du cinéma mauritanien, un banquet où on peut manger et boire mais aussi un objet de curiosité.

 

"Je suis en train de découvrir le village de la biodiversité. Je viens tout juste d’arriver", confie un visiteur, l’œil fixé sur l’un des tableaux de l’exposition "5O mots pour 5O ans" qui donne la parole à des individus anonymes ou connus exprimant leurs points de vue sur les cinquante ans d’indépendance de la Mauritanie.

 

A quelques mètres de là, Robert Verner, un français d’origine, croisant ses deux bras, promène son regard sur l’exposition "5 cinéastes pour 5O ans". Il vit à Nouakchott depuis 3O ans et habite juste derrière le village de la biodiversité. Il connait cette place depuis toujours. Dès qu’il a commencé à en parler, ses yeux se sont vite emplis de souvenirs et d’émerveillement. "Je vois que cette place a été complètement rénovée. Il y’a des tentes, des arbres…Il y’a la foule. Je trouve cela extraordinaire. Pour la suite, il faudra que je revienne avant la fin de la semaine au jour", confie cet homme.

 

"Nos cinéastes ont vraiment de l’imagination. Le site est superbe. Quand je vois un puits comme ça, des photos affichées comme ça de nos réalisateurs et de nos pionniers, je suis éberlué. La Maison des Cinéastes nous a convaincus qu’on peut tourner des bobines dans ce genre d’espace propre sans pour autant affecter la nature", témoigne Bios Diallo. "Je trouve que c’est une bonne combinaison entre le cinéma et la protection de la nature", complète ce chargé de communication au Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports.

 

Babacar Baye Ndiaye

Partager cet article

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans SENAF 2O1O
commenter cet article

commentaires