Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 18:40

Military-Mind_K.JPGMaxi Révolution ou Maximum de Révolution est l’histoire de deux jeunes passionnés par le rap. Il s’agit de Military Mind et K, tous les deux nés à Nouakchott, l’un en 1987 et l’autre en 1988. Le premier est de la Cité 1 à Kouffa et le second de l’Îlot A.

 

Leurs destins se sont croisés en 2006. Depuis, ils partagent tout : la musique, l’école, l’université de Nouakchott, les bas et les revers de la vie.

 

Avec un rap très revendicatif, Maxi Révolution dont les textes sont bouleversants refuse qu’on lui taille un habit qui n’est pas le sien. "On ne véhicule pas la violence. On ne véhicule pas non plus des idées négatives. On véhicule des idées positives", se défend K.  

"On ne peut pas rester là, bouche bée, lorsque nos droits nos bafoués. Mais, on n’aimerait pas qu’on y perçoit un acte d’indocilité ou d’impolitesse de notre part", poursuit Military MindDans leurs textes, Military Mind et K dévêtissent les mots pour les habiller d’un velours de témérité, pour changer les mentalités sociales, la vie dans la société, l’image du rap mauritanien, les maux dont souffrent la Mauritanie. Les messages qu’ils véhiculent dans leur musique sont symptomatiques d’une jeunesse froissée par sa propre situation.

 

Sur scène, ils crient leur colère, voguent au gré de leur flow. Avec des idées très bien vissées, le duo de Maxi Révolution ne sait pas caresser l’Etat dans le sens du poil et surtout n’a même pas froid aux yeux et le fait savoir.

 

Pour autant, ils demeurent attachants tout comme leur rap. A première vue, ils ne sonnent pas rappeurs : casquette à l’envers, démarche à la Lill Wayne, check down…Pour ces deux jeunes, être rappeur, c’est un état d’esprit avant tout, une philosophie, une sensation avant d’être une attitude. Et là-dessus, ils font mouche. D’ailleurs, ils n’hésitent pas à se lancer dans une dénonciation des collectifs de rap qui battent de l’aile.

 

Le collectif Maxi Révolution, dernier finaliste alors qu’il était sur la liste d’attente, a réussi, dès sa première apparition, à marquer les esprits d’un sceau indélébile. Ils ont montré qu’ils avaient leur graine de sel à jeter dans la marmite, une autre perception de la Mauritanie, qu’ils sont bien enracinés dans la diversité culturelle du pays.

 

Ils sont jeunes mais déterminés à porter très haut leur combat en Mauritanie comme à l’échelle mondiale. On reconnait déjà en eux d’éternels admirateurs et apôtres de Thomas Sankara, de Bob Marley, de Che Guevara, de Malcom X, d’IAM, de 2Pac, de Gandhi. L’écriture des membres du collectif qui se sont mis à l’apprentissage de l’anglais et des préceptes du Saint Coran dégage le parfum d’un printemps arabe qui risque d’emporter tout sur son passage.

 

Aujourd’hui, ils ont réussi à surpasser leur peur, démystifié le démon de la lâcheté pour s’insurger contre le racisme, l’injustice, la xénophobie et affirmé leur lutte pour l’avènement d’une Mauritanie fondée sur l’Etat de droit, la démocratie et la paix. L’hypocrisie n’a pas de place dans leur cœur et leurs textes rebelles.

 

"On veut que les principes que l’Etat incarne soient respectés. La constitution mauritanienne assure à tous les citoyens l’égalité devant la justice et les emplois. Mais, dans les faits, c’est une autre réalité que l’on vit", explique K. Sûrement, sous peu, la scène musicale va devoir compter avec Maxi Révolution qui sonne déjà à l’antipode de la Old School du rap mauritanien. En attendant, Military Mind et K cultivent leur jardin pour y semer les graines de leur combat.

 

Babacar Baye Ndiaye dit leducdejoal

Partager cet article

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans RapRim
commenter cet article

commentaires