Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 19:34

La première édition de "Assalamalekoum Hip Hop Festival" a été une grande réussite ! Si elle a été possible, c’est grâce en grande partie au Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC), au Centre Culturel Français (CCF) Antoine Saint Exupéry de Nouakchott et à Zaza Productions, une structure dirigée par Monza. Pour la seconde édition encore, le SCAC et le CCF ont apporté leur concours pour faire vivre aux mauritaniens et notamment à la jeunesse cet évènement artistique et culturel unique en son genre.

 

Initialement prévu du 6 au 9 mai prochain, "Assalamalekoum Hip Hop Festival" aura lieu du 15 au 17 avril 2009. Les organisateurs ont fait des démarches auprès de "Cultures France", une institution française qui a accepté de prendre entièrement en charge les cachets des artistes qui se produiront à cette occasion.

sl3702701[1]

Le montant de la subvention est de 15.000 €. Au niveau de la Mauritanie, personne ne semble s’intéresser à ce projet ou vouloir mettre la main dans la poche."Nous avons entrepris des démarches auprès de nombreuses entreprises mais nous n’avons pas eu aucun retour", s’indigne Monza qui révèle qu’il n’y a que Tivisky qui a montré son intérêt à ce festival en débloquant une somme de 200.000 UM.

 

L’année dernière, la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN) avait participé à cet évènement en donnant 100.000 UM et des barrières de protection. "Jusqu’à ce jour, elle n’a rien fait. Tout ce que j’ai entrepris dans ma carrière en Mauritanie, il n’a été possible que grâce au président de la Communauté Urbaine de Nouakchott (Ndlr, Mohamed Ould Hamza) mais, aujourd’hui, il ne répond pas à mon appel", lâche Monza sur une pointe de déception. "Il m’a toujours épaulé. Il a toujours été là pour m’aider. Mais, aujourd’hui, je n’arrive plus à le joindre. Je ne comprends pas !", dit-il.

 

Aujourd’hui, les organisateurs de "Assalamalekoum Hip Hop Festival" ont toutes les peines du monde à thésauriser l’argent nécessaire pour organiser correctement cet évènement. Pour le moment, il n’y a que le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France à Nouakchott, le Centre Culturel Antoine de Saint Exupéry et "Culture France" qui ont répondu à l’appel des organisateurs.

 

Pour autant, les organisateurs tentent de rassurer malgré toutes les difficultés. "La deuxième édition de "Assalamalekoum Hip Hop Festival" aura bien lieu sauf si le gouvernement nous empêche de le faire en nous refusant l’autorisation", dit Monza. "Je trouve anormal que des institutions françaises ou étrangères s’investissent dans le développement de la culture en Mauritanie alors que les mauritaniens, les premiers concernés, ne s’y intéressent pas", s’indigne-t-il.

 

Les concerts auront lieu au Centre Culturel Français de Nouakchott et au Ksar. Le maire de cette commune, favorable à ce festival, s’est engagé personnellement à accompagner les organisateurs en mettant à leur disposition le stade de Ksar, en plus des forces de l’ordre et de l’électricité. "C’est déjà un geste très noble", se réjouit Monza en appelant nos responsables politiques en faire autant afin de participer au développement de la culture mauritanienne.

A moins d’un mois de ce festival, un problème taraude cependant l’esprit des organisateurs.

C’est celui relatif au déplacement des artistes invités à Nouakchott. "Je lance un appel à toutes les compagnies aériennes qui effectuent des vols en destination de la France, du Sénégal, du Maroc pour leur dire de s’investir dans ce projet. Ce sera une façon de participer au développement de la culture locale", déclare-t-il.

 

Avec Assalamalekoum Hip Hop Festival, la Mauritanie a beaucoup à gagner en termes d’images puisque de grosses pointures du mouvement Hip Hop mondial vont se produire en trois 3 jours avec tout ce que cela implique comme retombées économiques. "Il faut que les gens sachent que "Assalamalekoum Hip Hop Festival" est aujourd’hui reconnu par un grand réseau de festivals", exulte Monza en appelant les mauritaniens à s’y investir puisqu’il y va de leur intérêt.

 

Les organisateurs ont aussi apporté des modifications pour mieux donner une autre image de la Mauritanie, en faisant d’Assalamalekoum Hip Hop Festival un moment de métissage culturel. "Ce sera un festival qui va refléter le nom du festival (entendez par là, l’unité et la fraternité). Ce que nous voulons, c’est d’échanger avec les artistes étrangers. Faire venir dans notre pays d’autres nationalités ne fera qu’accroître notre diversité", explique-t-il.

 

De grands rappeurs sont attendus à ce festival. Parmi eux, on peut citer Tunisiano, OGB, Tata Pound, Manu Military, Garba 50, Maxi Crazy, Yeleen, Xuman. Au sujet de Fabolous (rappeur américain) et Violadores Del Verso (groupe de rap espagnol), selon Monza, leur venue à Nouakchott dépend de leurs ambassades respectives.

 

Babacar Baye Ndiaye

Partager cet article

Repost 0

commentaires