Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 21:25

           383647167_d7e629ce63-1-.jpg
Et de deux pour Noura Mint Seymali ! On l’attendait depuis six ans, son second album EL HOWL qui consacre son retour sur le devant de l’actualité musicale très peu rafraichissante ces derniers temps.


C’est donc un album qui était très escompté après l’album TARAB qui l’avait révélée au grand public. Et celui qui était là, à la soirée de lancement de cet album, jeudi 28 janvier, au Centre Culturel Français de Nouakchott Antoine de Saint-Exupéry, a beaucoup apprécié et ne s’est pas privé du tout d’esquisser des pas de danse au rythme de la musique de Noura Mint Seymali.

Avec son second album qui est né de différentes rencontres et expériences, EL HOWL, Noura Mint Seymali sort sûrement mais lentement des sentiers battus de la musique traditionnelle pour se lancer, comme dans un vol d’oiseau, dans une carrière musicale internationale.


Noura Mint Seymali est aujourd’hui, incontestablement, l’une des rares musiciennes mauritaniennes qui incarnent foncièrement l’esprit d’ouverture et d’enracinement. Son nouvel album, EL HOWL, qui est un mélange de tendresse et de sensualité est un album qui se faufile bien dans l’air du temps.


Il est des albums, comme EL HOWL, qui booste inéluctablement la carrière de leur auteur. Dans cet album, Noura Mint Seymali part à la rencontre d’autres styles de musique comme le jazz, le blues et le reggae pour se détacher des sobres notes de la musique traditionnelle.

Pas de doute, EL HOWL fut une expérience fabuleuse.
Et ce jour-là, le public qui était amassé dans la salle des spectacles du Centre Culturel Français que Noura Mint Seymali connaît si bien a retrouvé du tonus. Cette nuit-là, ils étaient tous là pour accompagner cette artiste en devenir qui n’a pas encore dévoilé tout son coffre-fort musical : Ousmane Touré, Papis Diarra, Domi Blanc Bec, Papis Koné, Meyassa Mint Seymali, Tinari Matthew, Jeich, Joelle Amar et Lamine Kane.


Le décor est somptueux. Et tout a été prévu pour rendre exceptionnel le lancement du second album de Noura Mint Seymali. Album de rupture, EL HOWL est un album qui est à ranger dans le rayon des albums à succès.


Même la télévision nationale a été au rendez-vous avec, cerise sur le gâteau, avec la présence de la grande réalisatrice Marième Mint Beyrouk qui n’est plus à présenter dans le domaine de la réalisation et de la cinématographie.


Quand Noura Mint Seymali est au mieux de sa forme, on ne peut que s’en égayer car elle donne le meilleur d’elle-même. Au grand plaisir du public. Et pendant plus d’un tour d’horloge, elle a entraîné le public dans les abysses de sa belle voix qui n’a rien perdu de sa vigueur.


Aujourd’hui, Noura Mint Seymali a tout, la voix, l’envie de faire plaisir, l’expérience, la fraîcheur, pour devenir et être courtisée par des labels. EL HOWL montre que cette artiste aux airs inondés de grâce n’a pas d’identité. Mais, c’est plutôt la musique qui est son identité. On ne le répétera jamais assez. Cet album est à l’image de son auteure : ouverte et sans hypocrisie.


Dans cet album-référence, on sent chez Noura Mint Seymali cette envie et cette force qu’elle déroule sur El Jar, Mauritanie, Edenaye, Wenni Wenni, Delli, Salou Ala Nebi, Maloune, Mine Hiya, Ennass et Malek El Kewn qui le composent.


Sur la scène de la salle des spectacles du Centre Culturel Français Antoine de Saint-Exupéry de Nouakchott, le 28 janvier dernier, même si elle a été moins pétillante que d’habitude et nonobstant une musique qui traînait, elle a tout de même assuré, visage rayonnant, au grand bonheur de la direction du Centre Culturel Français de Nouakchott qui a, par le biais de la Coopération française, produit EL HOWL aux sonorités décapitantes en assurant les frais d’enregistrement et de duplication.


A la fin, le public qui n’a pas pu contenir ses exclamations est reparti satisfait et ce fut un triomphe pour Noura Mint Seymali toujours égale à elle-même. Après avoir été découverte en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Mali, en Algérie, au Maroc, en Espagne…elle est en train de creuser le sillon qui la mènera sur une carrière musicale de haut niveau comme à l’image d’Angélique Kidjo, de Youssou Ndour, d’Alpha Blondy, d’Amadou et Marième, de Bassékou Kouyaté…  

Et s’engager dans un tel virage requiert de la pugnacité et de la persévérance. Toute la Mauritanie, comme l’a confié quelqu’un à la fin du spectacle, sera derrière et avec toi.

 

Babacar Baye NDIAYE

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye - dans Evenements-Concerts
commenter cet article

commentaires