Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 19:06

Number-One-Salam.JPGDerrière Number One African Salam, il y a Mamadou Sow, Abderrahmane Waly Diallo et Yahya Fall. Dans leurs cœurs, il n’y a qu’un mot qui y bouillonne : l’Afrique. Ils sont tombés très tôt dans la marmite du Rap. Ils se définissent comme des citoyens du monde venus répandre, sans pour autant prétendre être des donneurs de leçons, la voix de la sagesse. Leur combat : que la paix règne partout à travers le monde et notamment en Afrique !

 

Number One African Salam a déjà quinze ans d’existence. Actuellement, le groupe est à pied d’œuvre pour sortir son premier album au cours de l’année 2009. "On dit au public de bien faire attention à cet album qui va bientôt sortir", annonce Doubidou. Une sortie qui va travestir sans nul doute leur longue traversée du désert qui s’explique, selon lui, par le manque de moyens. Il précise : "Notre moyen, c’est le micro".

 

En attendant cet album très attendu, le trio de Number One African Salam promet de dénicher tout ce qu’il a de meilleur dans son esprit et cœur avec des messages très forts. Déjà, le public a eu à moult reprises goûté aux sonorités musicales que propose ce groupe originaire de la Médina 3. Cet album sera une autoproduction. "En matière de musique, il faut être patient. C’est pour cette raison que nous n’avons pas voulu sortir très tôt notre premier album", explique Doubidou. A Number One African Salam, ce ne sont pas les perspectives qui font défaut. "Après la sortie de cet album, il y aura beaucoup de projets à faire", promet Abderrahmane Waly Diallo alias Abdou Nas.

 

La tonalité est déjà là. La volonté de marquer les esprits également. Mais aussi, l’envie de bien faire, de réussir et de faire plaisir avant tout. Que dire de leur engagement. "Nous sommes un groupe qui ne recule devant rien. Nous sommes un groupe qui veut aider l’humanité. On ne peut pas tout faire. Mais, à chaque fois qu’il y aura quelque chose, on amènera notre participation", révèle Abdou Nas.

 

Avec des idées percutantes à éblouir n’importe quelle oreille, Number One African Salam est un groupe qui veut participer à l’éveil des consciences. Un groupe qui sait capter nos émotions et surtout nous mettre en face de nos réalités qui font souvent mal au cœur. "On voit tout le temps des foyers de conflits en Afrique s’éclater partout sur le continent. Les Africains continuent de nos jours à s’entretuer", dit Doubidou qui lie cette situation à l’insoutenable pauvreté et la misère qui frappent le continent Noir, toujours assujetti par des politiques économiques désastreuses.

 

Ils revendiquent, avec fierté, leur dose d’africanité. A la maison, dans la rue, sur tous les podiums, partout où ils passent, ils scandent leur acharnement, crient leur ras-le-bol et leur déception. "On est la bouche de ceux qui n’ont point de bouche", lâche Doubidou.

Unis par le destin, Doubidou, Yadikha et Abdou Nas ont presque sillonné toute la Mauritanie. Ils forment presque une famille. Le premier enfant de Yadikha porte le nom de Abdou Nas et le premier enfant de ce dernier porte celui de Doubidou. Après quinze ans de cheminement, Number One African Salam est plus que jamais déterminé à aller de l’avant, toujours porté par un vent d’optimisme, rêvant même de se produire un jour au-delà des frontières mauritaniennes dans des grandes villes comme Dakar, Bamako, Abidjan, Accra, Londres, Paris, etc.

 

Avec une musique portée vers l’éveil des masses populaires de l’Afrique, les messages qu’ils délivrent, ils ont une belle carte à jouer. L’espoir est donc permis et les portes, pour la conquête du monde, ouvertes…

 

Ils chantent pour la liberté des peuples et la paix des cœurs. Ils clament haut et fort : à bas les guerres ! Ils rêvent d’une Afrique unie où la haine serait à jamais bannie. Puisant dans leur propre expérience, "les citoyens du monde" espèrent aussi que le racisme, la famine, les violences, la haine…ne vont pas continuer à infester l’humanité. Abdou Nas rappelle cette vérité : "La haine a rendu l’homme abêtissant. La haine a terrorisé l’homme. La haine a fait vibrer le cœur de l’homme".

 

Certes leurs propos sont teintés d’utopie mais ils ont le mérite de dessiner une nouvelle étape de notre vie, de bâtir une nouvelle Afrique. Pour y arriver, Abderrahmane Waly Diallo alias Abdou Nas suggère: "Il va falloir qu’on combatte la haine dans nos cœurs, oublier le passé, viser l’avenir et essayer de refaire ce monde, notre continent, l’Afrique".

 

L’Afrique est sans cesse chantée, glorifié, élevé en rang de divinité. Son sort préoccupe tellement Number One African Salam qu’un morceau a été créé dans ce sens et évoquant certains drames à la fois bouleversants et regrettables que vivent des pays comme le Zimbabwe, la République Démocratique du Congo, le Soudan, etc.

 

"Lorsqu’on regarde la télé, on ne voit que des enfants qui meurent de faim", se désole Yadikha. "A chaque fois que je vois certaines réalités, mes yeux coulent de larmes. Je pleure au fond de moi-même", confie Abdou Nas, un fan de Don Cheadle, acteur principal d’Hôtel Rwanda, un film de Terry George qui retrace le génocide rwandais de 1994.

 

Babacar Baye Ndiaye

Partager cet article

Repost 0

commentaires