Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 16:37

Skorpa.jpgAbderrahmane Diack alias Skorpa, 25 ans, est un jeune français d’origine mauritanienne. Présent en Mauritanie, depuis quelques semaines, il est là pour promouvoir son tout premier album solo, "Fleurs du mal" sorti à Paris au mois d’avril dernier et produit par son label "Punch Line Records".

 

L’univers musical de Skorpa est imprégné par les couleurs de son pays, son environnement social et les difficultés quotidiennes de la jeunesse des banlieues de Paris où vit son père depuis 1992 qu’il a, par la suite, rejoint en 1995.

 

Après 15 ans d’absence en Mauritanie, Skorpa est revenu avec son premier album, Fleurs du mal composé de 16 titres inédits. "Et, repartir avec de beaux souvenirs", complète-t-il. Cet album s’inspire de l’œuvre poétique de Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, qui a marqué tant d’esprits. Dans cet album, il fait un clin d’œil à la Mauritanie, son pays natal, à travers "No Wayi".

 

En France, il a assuré les premières parties du célèbre groupe de rap français IAM originaire de Marseille et d’Arsenic de Bisso Na Bisso. En Mauritanie, il s’est déjà produit à Kaédi au mois d’août 2010, au Festival Culturel pour l’Unité Nationale qui s’est déroulée du 29 au 31 juillet 2010 à Nouakchott, au VIP…

 

Skorpa a commencé à écrire ses premiers bouts de textes à l’âge de 18 ans. Après un passage à "Esprit Critique", son premier groupe de rap, il décide de se lancer dans une carrière solo. Il déroule petit à petit son jeu et commence à tutoyer le sommet du rap français. En 2010, il sort son premier album solo dans lequel il incite aux changements des mentalités dans un mélange d’insolence et de vulgarité.

 

Son présent séjour au pays qui dégage des airs de quête d’identité et de repères lui a permis de d’aller à la rencontre des groupes de rap à l’image de Diam Min Tekky, Lam Toro Possee, Habobé Bassal ou des rappeurs comme Adviser qu’il connaît très bien d’ailleurs puisqu’il a, avec Bizman, posé dans l’un des titres des Fleurs du mal, "Sans réfléchir".

 

Abderrahmane Diack, revendicateur devant l’Eternel,  assume son statut de rappeur français issu de la banlieue de Paris mais aussi défend son appartenance à part entière au mouvement du rap mauritanien. Il affirme d’ailleurs qu’il n’est pas revenu en Mauritanie pour donner des leçons de rap aux rappeurs locaux ni leur imposer son rap."Ce serait leur marcher dessus. Ce qui n’est pas mon but. Je suis venu en Mauritanie pour promouvoir ma musique", précise-t-il. Ce qui ne l’a pas, pour autant, empêché de déplorer la faible audience du rap mauritanien sur le plan international.

 

Skorpa compte, avec Fleurs du mal, donner un nouveau coup d’éclat au rap de son pays d’origine. "C’est un jeune qui mérite d’être soutenu. Surtout, chez lui. C’est bien de faire des choses ailleurs. Mais, le fait d’être connu chez soi aussi, c’est une bonne chose. Des jeunes comme Skorpa, il faut leur donner le goût et l’amour du pays. Il aurait pu ne pas s’intéresser à son pays", témoigne Bios Diallo, visiblement tombé sous le charme de Skorpa.

 

L’écriture, chez ce rappeur rêveur, est un refuge. "L’écriture me calme, dévoile Skorpa. Par exemple, si je m’énerve, je m’enferme dans ma chambre. Là, je commence à écrire car cela  va me permettre de me calmer".

 

Aujourd’hui, le succès des Fleurs du mal semble avoir surpris son auteur. "Je suis super satisfait car je ne m’attendais pas du tout à ce que les gens s’intéressent à moi, à ma musique et à mon album. Sur mon Facebook, j’avais 800 amis, avant la sortie de Fleurs du mal. Et, là, maintenant, j’ai plus de 1500 amis", confie Skorpa, heureux de retrouver, pour la deuxième année consécutive, la terre de ses ancêtres.

 

Babacar Baye NDIAYE

Partager cet article

Repost 0
Published by leducdejoal - dans Portraits-Rencontres
commenter cet article

commentaires