Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 23:20

DSC04369Elégante, pleine de charme, voix berceuse. Si elle n’était pas née artiste, que serait-elle devenue ? On dit de cette grande chanteuse qu’elle a beaucoup de volonté. "Malgré l’environnement hostile et difficile qu’elle vit dans le pays, elle arrive à se produire aussi bien en Mauritanie qu’à l’extérieur", souffle un de ses fans qui y voit déjà une véritable gageure pour la musique mauritanienne.

 

Cela ne passe pas inaperçu. Thiédel Mbaye rappelle les grandes divas de la chanson malienne. On peut tout lui reprocher excepté son côté raffiné. Là-dessus, elle fait mouche. Et quel homme ne rêve pas d’avoir une femme comme elle ? Pour autant, les critiques à son égard ne manquent pas. On lui reproche notamment d’être statique sur la scène.

 

"Elle gagnerait à améliorer son orchestration et qu’elle ait aussi plus de présence de sa part sur le plan scénique. Je comprends à son âge. Peut-être, qu’elle se gêne. On est en Mauritanie. Il y a beaucoup de pesanteur. Ce qui fait qu’elle a du mal à s’extérioriser et à s’exprimer de façon nette", commente Fara Bâ, acteur, scénariste et narrateur du film "Le Cercle des Noyés".

 

La grande dame de l’élégance accompagnée de son groupe "Le Yéla Almary" était, ce jeudi 6 mai, au Centre Culturel Français Antoine de Saint-Exupéry de Nouakchott pour y présenter son nouvel album "Almoudos" composé de huit titres inédits.

 

Après "Jombajoo"(2001) et " Khumam Biné"(2006), Thiédel Mbaye sort son troisième album "Almoudos". Cet album est révélateur du niveau d’engagement de l’artiste sur la cause des enfants de la rue. "En tant que mère de famille, je ne peux pas supporter de voir cette catégorie sociale traîner à tort et à travers dans les rues de Nouakchott", confie-t-elle à quelques minutes de monter sur la scène.

 

Pour traduire ses bonnes paroles en actes, elle a créé sa propre fondation destinée à participer à la lutte contre la mendicité des "Almoudos" et à attirer l’attention des marabouts. A la sortie de chaque album, Thiédel Mbaye se bonifie comme un vin. Elle part à l’exploration d’autres styles de musique. Son dernier album "Almoudos" est un album où se dégage le parfum de l’ouverture.

 

Dans certains morceaux de l’album plus précisément "Thierno Aliou Thiam" et "Unité Nationale", on y entend des sonorités puisées dans la musique guinéenne et arabe. "La musique n’a pas de frontières. C’est tout à fait logique de ma part puisque j’éprouve des sensations très particulières par rapport à ces musiques-là", explique Thiédel Mbaye.

 

Pour autant, la grande dame de l’élégance s’accroche toujours à sa musique traditionnelle. Ni plus ni moins. Le Yéla qui constitue le fond musical de ses chansons demeure intact. "Je fais la promotion de la musique traditionnelle. Je ne peux pas me détacher complètement de cette musique", se défend-elle.

 

Pendant presque deux tours d’horloge, le public a pataugé dans les rythmes de "Fouta", "Youma Niangui", "Alayoudjouré", "Coumba Gnéya", "Almoudo", "Malisadio", "Sokhna Bâ", "Thierno Aliou Thiam", "Yéla" et d’"Antenou Felle". Et le public, tout hagard, ne s’est pas privé de contempler les dandinements de Thiédel Mbaye dont elle a seule le secret, changeant à trois reprises d’accoutrement. On avait l’impression qu’elle était venue avec toute sa garde-robe.

 

Ce concert soutenu par les Ets Satara Mohamed Semega, la Communauté Urbaine de Nouakchott, la SOBOMA et Coca-Cola a valu ainsi tout son pesant de musique. "J’ai adoré. La musique était superbe, la cause bonne et le public génial", confie à la fin du spectacle Stivie Shehan, musicien français et membre du groupe de Jazz "Hadouk Trio".

 

"Le spectacle a réussi. Le public a répondu à l’appel. Il n’y a plus de raisons qu’elle ne s’impose sur la scène musicale mauritanienne. Je crois qu’elle a eu du plaisir à chanter devant un public enthousiaste, un public très attaché à ce qu’elle fait sur le plan musical", ajoute Halakha Djimera, époux de Thiédel Mbaye.

 

Il a plu de l’argent sur la scène de spectacles du Centre Culturel Français de Nouakchott où Thiédel Mbaye a fait d’une pierre deux coups. La soirée animée par Dj Paco qui marquait le lancement de la sortie de l’album "Almoudos" à Nouakchott était également organisée pour récolter des fonds destinés à sa fondation.

 

Sur les 3.000 Cd de l’album "Almoudos" qui ont été dupliqués, Thiédel Mbaye n’en a vendu que 1.000, tous achetés par Thierno Aliou Thiam que l’artiste a d’ailleurs chanté. "Je ne suis pas sûre de pouvoir écouler les 2.000 cd qui restent à cause du problème de piratage. C’est vraiment décevant", lâche l’artiste sur une pointe de déception qui peut se consoler des encouragements du public et de la présence d’une autre dame de la musique mauritanienne Hawa Djimera.

 

Babacar Baye NDIAYE

Partager cet article

Repost 0
Published by ducdejoal - dans Evenements-Concerts
commenter cet article

commentaires

Soya Watt 10/05/2010 01:40


Une soirée super intéressante!!!