Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 19:32

 

Cee-Pee_accueil_6773.JPGEntrée émouvante, retour en force, affluence sans pareil pour l’une des plus belles voix de la scène musicale mauritanienne, Cee Pee. Le jeune chanteur a présenté jeudi soir à l’ancienne maison des jeunes de Nouakchott son premier album, Conscience Positive.

Cet album de 15 titres est produit par le rappeur sénégalais Xuman auprès de qui il évolue depuis plus de deux ans. Lors de la sortie de cet album, il a proposé à ses fans, aux amateurs de reggae, de reggaeton et de hip hop un tour d’horizon de quelques-uns des titres de sa production.

A l’extérieur comme à l’intérieur, ils étaient plus de 1.500 personnes réunies dans la salle de l’ancienne maison des jeunes de Nouakchott, nonobstant une chaleur étouffante, pour découvrir le premier album tant attendu de Cee Pee dont la voix romantique et les chansons captivantes comme Gunéyi ont fait son succès.

Les fans avaient soif de revoir Cee Pee. Lui aussi avait soif de les revoir. Entre Cee Pee et ses fans, c’est une véritable histoire d’amour. Ce soir-là, ses fans que la sécurité peinait à contrôler reprenaient mot pour mot ses chansons.

Les rappeurs Waraba, Adviser, Malick et Altéro étaient bien au rendez-vous de la sortie de l’album de Cee Pee pour le plus grand bonheur de ses fans. L’un des précurseurs du rap sénégalais, Xuman plus massacrant que jamais dans ses textes, était là également. Lorsqu’il a rejoint Cee Pee sur la scène pour interpréter Bal Poussière, l’ambiance a atteint son paroxysme. Au même moment, dehors, il pleuvait.

Dans la salle de l’ancienne maison des jeunes de Nouakchott, devant une foule illuminée, Xuman n’a pas pu cacher sa forte émotion, après un vibrant hommage rendu à Cee Pee qui a littéralement explosé.

Babacar Baye Ndiaye

Cee-Pee_6717.JPGCee-Pee_6721.JPGCee-Pee_6727.JPGCee-Pee_6728.JPGCee-Pee_6729.JPGCee-Pee_6730.JPGCee-Pee_6732.JPGCee-Pee_6734.JPGCee-Pee_6738.JPGCee-Pee_6765.JPGCee-Pee_6859.JPGCee Pee 6736

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:34

Jahrata.JPG

Les mélomanes de reggae ont été bien comblés jeudi soir au Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott (CIMAN) qui veut désormais se positionner comme un haut lieu de la promotion de la culture et des artistes mauritaniens. Mais aussi ceux venus d’ailleurs à l’image du camérounais Ngwe Ebenezer alias Jahrata.

Ce petit bout de bois de Dieu a tout d’un rastafari : dreads locks qui tombent jusqu’aux épaules, barbe et moustache débordante, voix rocailleuse et découverte. Avant de venir en Mauritanie, Jahrata a traîné un peu partout sa bosse en Afrique notamment au Nigéria, au Niger, au Mali et au Sénégal pour s’enrichir et tracer une ligne de plus sur sa carrière musicale.

Corruption, classe politique vassalisée, pauvreté, Unité Africaine, cherté de la vie ornent la plupart des chansons de Jahrata né en 1971 à Douala de parents maitres en chorale. Jahrata est en Mauritanie  pour promouvoir son album, Ils n’échapperont point, dans lequel il lance un appel aux dirigeants Africains de jeter leur regard sur le rétroviseur de la situation de leur pays.

Il y’a quelques semaines, il a monté, à Nouakchott "Jahrata & Whon-Spirit", un collectif dans lequel on retrouve des mauritaniens, des ivoiriens et des camérounais. Ce soir-là, "Jahrata & Whon-Spirit" a fait voyager le public dans la spiritualité de ses chansons et de celle de Bob Marley, le grand promoteur du reggae à travers le monde.

Babacar Baye Ndiaye

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:28

sokoclan.JPG

Avant de connaître l’implosion, le groupe de rap Soko Clan a connu dans le Fouta, Zouérate, Nouadhibou  et notamment à Teyarett à Nouakchott la notoriété. Alors que le public découvre leur premier album "Bataké" sorti en octobre 2011 à Nouakchott où l’on retrouve des voix de Baaba Maal, Didier Awadi, RJ et Abda MC de Force Tranquille, le collectif vole en éclats.

Entre temps, l’esprit de Soko Clan va changer. Ablaye Kéita alias Bewdo et Ablaye Dango dit BND Laye lancent une nouvelle formule de Soko Clan version Gonguraygonga. Ce mardi, le producteur Cheikh Tidiane Ndiaye qui a déjà produit Original Ngal Poulal à Teyarett expérimentait la nouvelle formule  Soko Clan version Gonguraygonga.

Depuis leur séparation, les quatre membres d’ex-Soko Clan n’ont pas chanté ensemble. Ce soir-là, Souleymane Diallo et Pape Fally Ndiaye ont rejoint sur la scène Ablaye Kéita et Ablaye Dango sur la scène pour montrer qu’après la brouille, la vie continue.

En l’espace d’un concert de moins d’un tour d’horloge, Soko Clan version Gonguraygonga a interprété "Thieur", "Liguèye", "Sai-sai", "Africa", "Debbo Fouta "et "Waliyou rap". Un répertoire neuf qui ne manque pas de piment mais aussi qui laisse entrevoir des empreintes du passé.

Babacar Baye Ndiaye

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:09

walafadjiri flamingo

En cette nuit de l’Aid El Fitr marquant la fin du ramadan, tous les chemins menaient au centre-ville de Nouakchoot.  Certains, comme Mohamed Ould Amar qui vient de Toujounine ont arpenté la ville de Nouakchott en se laissant illuminer par l’odeur de la musique qui se dégageait à Flamingo. Ce soir-là, Walfadjiri avait investi ce haut lieu de la restauration à Nouakchott pour une soirée de variétés décapante.

Pour cette nuit, la gérante de Flamingo Amina Mohssen n’y est pas allée avec le dos de la cuillère pour laisser le souvenir d’une soirée de flânerie. Une démarche surtout personnelle pour donner un coup de pouce à la culture et aux artistes mauritaniens, en mal de dates pendant  l’Aid El Fitr.

Sur la piste, le Roi du Ndjarou Seydou Sow met à l’épreuve ses pas de danse. Les enfants qui le suivaient des regards se déchainent à leur tour dans une coordination  collective. De la salsa au Mbalax en passant par le reggae et le zouk, toutes les couleurs musicales sont servies à la clientèle toute emballée qui ne se prive pas de juger.

"J’aime bien la musique de Walfadjiri. Depuis que je suis arrivée en Mauritanie, je suis beaucoup ce groupe de musique", commente une cliente. Au même moment, à l’autre bout de la piste, le chanteur Papis Koné donnait déjà de la voix dans un air musical caressant le sens du poil.

Babacar Baye Ndiaye

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:02

Ousmane_gangue_mauricom.JPG

Le chanteur Ousmane Gangué a tenté dimanche de redorer son blason lors d’une soirée de gala organisée par l’Association des Femmes Educatrices de Nouakchott desrtinée à lever des fonds pour venir en aide à des enfants en situation difficile. Le compositeur de l’album "Yesso" , sorti en 2005 et produit par Jololi un label de Youssou Ndour devenu entre temps Ministre de la Culture et du Tourisme, a évoqué un retour définitif en Mauritanie.

Alors, fin de la traversée du désert ou début du redécollage ? En tout cas, l’Enfant de Rindiaw a précisé que désormais plus rien ne sera comme avant. On l’espère aussi dans la conception musicale…

Sur un air acoustique, Ousmane Gangué a débuté le spectacle parrainé par la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN) par une chanson rendant un vibrant hommage au comédien Oumar Bâ décédé à Nouakchott le 8 mars 2012.

Dans la foulée, Ousmane Gangué invitera sur la scène des voix nouvelles de la musique mauritanienne comme RJ et Baba Kane. Son duo avec Rachid Ould Meidah alias James Brown a fait mouche. Main dans la main, ils ont chanté en chœurs. Une image qu’on aimerait souvent voir car elle pourrait servir de détonateur pour transcender les antagonismes et préjugés raciaux.

A l’arrivée, plus de 350.000 UM ont été moissonnés lors de cette soirée de gala. A ce jour, 1.800.000 UM ont été récoltés par l’Association des Femmes Educatrices de Nouakchott.

"Cet argent servira à réfectionner le Centre d’encadrement des enfants en situation difficile de notre ONg, construire une nouvelle salle, prendre en charge des repas communautaires pour l’année 2012-2013, prendre en charge les soins et l’éducation de 80 enfants", explique Siniya Mohamed Saleck  Haidara, présidente de l’Association des Femmes Educatrices de Nouakchott.

Le coût nécessaire de ce budget est de 3.000.000 UM.

Babacar Baye Ndiaye

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 17:42

Original-Ngal-Poulal.JPG

A Teyarett, une des neuf moughataas de Nouakchott, Cheikh Tidiane Ndiaye, la vingtaine, a décidé d’endosser le métier de producteur de spectacles comme sacerdoce. Jusque-là, il s’était juste contenté de produire des rappeurs locaux de Teyarett.

Mais, en cette nuit du 19 juillet, il a décidé de voir grand en amenant, à Teyarett, RJ et sa bande. Une occasion aussi pour Original Ngal Poulal de s’approprier l’âme de son public, quatre mois après la sortie de leur premier album Nanguitto, produit par un label de Baba Maal.

Le concert doit sa réussite à l’époustouflante prestation (encore lui) de Ziza qui a déployé ses immenses ailes de folie de rappeur incontesté sur la scène du mouvement hip hop mauritanien.

A ses côtés, Impérial Cherghawi, Izaak Ice d’Ewlade Leblade ont brillé par leurs voix comme autant de strass sur la chemise d’une rock star. Dans cette grande retrouvaille des grandes voix du rap mauritanien, il faut ajouter la prestation de rappeurs de Teyarett tels que Black Kans, Soco Clan, Dousey, NNL, un des finalistes d’Assalamalekoum Découvertes 2012 remporté par Black Fouta. Pour voir le reportage photos, cliquez sur ce lien.

Babacar Baye Ndiaye



Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 13:51

tizi_01754_acc.jpg

Jamais une participation mauritanienne n’avait suscité autant d’enthousiasme et d’échos favorables au Festival Culturel Arabo-africain de Danse Folklorique de Tizi-Ouzou en Algérie.

On peut relever que cette participation résulte d'une initiative privée sans que le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports n’y mêle son "grain de sel". Le résultat est exceptionnel ! La Mauritanie représentée par la Troupe Mauridanse est revenue d’Algérie avec trois trophées.

Le Festival Culturel Arabo-africain de Danse Folklorique qui s’est déroulée, à Tizi-Ouzou, du 4 au 12 juillet, en était à sa 7e édition. Celle-ci a vu la participation de 13 pays africains et arabes.

En plus des trophées, chaque membre de la Troupe Mauridanse a reçu des diplômes d’honneur pour sa participation et sa contribution à la réussite de la 7e édition du Festival Culturel Arabo-africain de Danse Folklorique de Tizi-Ouzou. On espère que le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports en fera autant aussi. Pour voir le reportage photos, cliquez sur ce lien.

Babacar Baye Ndiaye


Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 15:45

foutanight_3969_acc.jpg

Lors de la deuxième édition de la Nuit du Fouta qui a eu lieu ce 11 juillet, à la Case de Nouakchott, les sénégalais Salé Diaw et Harouna Diop qui forment "Ngatamaré" ont mis sens dessus-dessous les esprits et les cœurs avec une musique qui chatouille. Les notes de Hoddu que jouait leur acolyte avaient plongé le public dans les profondeurs des Nuits du Fouta. A son tour, Alassane Diaw, plus connu sous le nom de Petit Baba Maal, a proposée une traversée de la nuit du Fouta moins électrique et romantique.

Quant à Saidou Nourou Gaye, il a montré qu’il n’était pas né de la dernière pluie musicale. Accompagné de son groupe "Le Foyré Bamtaaré", cette  voix incontestable de la musique mauritanienne a proposé trois allers-retours de son répertoire musical, avec souvent trop de dose rythmique.

Dialloudé Jaam, une troupe folklorique, était aussi à cette deuxième Nuit du Fouta le temps d’un spectacle inédit où le groupe retrace l’épopée d’El Hadj Oumar Foutiyou Tall, fait l’éloge de ceux qui ont contribué au rayonnement de la culture Peuhle à l’image d’Ibrahima Moktar Sarr, Tidiane Anne, Mourtoudo Diop, Djibril Hamé Ly

De son côté, le rappeur RJ nous a entraînés dans sa chanson "Miine", tube issu de son premier album, où l’on entend la voix d’Ousmane Gangué et dans laquelle, il met sur la place publique sa dramatique histoire de bébé jeté. Comme lui, Ndèye Coumba Dia, l’un des artistes mauritaniens les plus enracinés, dans une session acoustique d’abord puis rythmique, va prendre la main du public pour l’entrainer dans les souvenirs lointains du Fouta.

La deuxième édition de la Nuit du Fouta avait aussi comme invité Hamoye Bayal Diop et l’artiste sénégalais Abou Diouba Deh qui nous a amenés dans ses chansons chamarrées faites de voyages, de souvenirs, de rencontres entre la Mauritanie et le Sénégal.

Cette deuxième édition de la Nuit du Fouta organisée par l’Association "Espoir de Demain" avait réuni aussi le président de la communauté urbaine de Nouakchott, Ahmed Hamza, le maire de Kaédi, Sow Moussa Demba dit Thiombé, celui maire de la commune de Niabina, Sao Abdoulaye, le DG d’Américan Legend de Mauritanie et Ba Houdou Abdoul, maire de Bagodine. Pour voir le reportage photo, cliquez sur ce lien suivant.

Babacar Baye Ndiaye


Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 19:54

peul_us_4237_acc.jpg

Le Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott (CIMAN) a présenté jeudi "A la rencontre des traditions peuhles", dernière manifestation réalisée dans le cadre du projet initié par le conservatoire et réalisé avec le financement de l'Ambassade des Etats-Unis à Nouakchott et le soutien de la Communauté Urbaine de Nouakchott.

Lors de cette soirée, les hommes, les femmes ainsi que les enfants ont arboré leurs plus beaux costumes à travers différents tableaux qui présentent les temps forts du mariage et de la circoncision chez les Peuhls.

Pour le public présent, ces différents spectacles furent "un véritable voyage" dans les us et coutumes de la communauté Peuhle.  

Ce projet culturel débuté le 31 mai dernier a séduit le public et Abdoul Hamady Sarr-Babi, directeur du Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott (CIMAN), s’est dit conforté par le succès de son initiative.

La mise en scène des traditions Peuhles, Wolofs, Maures ou Soninké nous a rappelé que nos us et coutumes continuent à résister aux assauts de la modernité, mais qu’une politique de sauvegarde, de promotion et d’avant-garde est toujours utile pour préserver notre patrimoine culturel et historique.

Le projet culturel A la rencontre de nos traditions sera élargi dans le cadre de la 3e édition du Festival Culturel pour l’Unité Nationale qui aura lieu du 29 novembre au 1er décembre 2012 à Nouakchott. En attendant, nous vous proposons en images et vidéo le dernier acte d’A la rencontre de nos traditions consacré à la Communauté Peuhle. Pour découvrir le reportage photos, cliquez sur ce lien.

Babacar Baye Ndiaye


Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 18:14

accueil.JPG

Ce jeudi 28 juin, au Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott (CIMAN), un spectacle retraçant le rituel du mariage chez la communauté Wolof a été présenté ainsi que leurs habits traditionnels.

Ce spectacle qui s’inscrit dans le cadre d’A la rencontre de nos traditions est un projet culturel initié par le CIMAN avec le financement de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique et de la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN).

Le CIMAN de Nouakchott a ressuscité les us et les coutumes de la Communauté Wolof, après l’avoir fait avec les Soninké et les Maures.

Le premier tableau de la présentation des traditions Wolofs a commencé par le rituel du mariage, avec une introduction du griot du village qui annonce, à gorge déployée, avec son tambour, les noms du futur couple. Ce fut l’occasion pour le public présent de découvrir, à travers un spectacle somptueux, tout le cérémonial festif qui accompagne le rituel du mariage chez les Wolofs.

Le second tableau de ce spectacle a mis en valeur le "simb" ou "jeu du faux-lion" où l’on voit deux hommes robustes bien maquillés et agrémentés. Ils sont magnifiés par les rythmes des tambours et par les glorifications d’un chanteur. Comme de véritables fauves, les deux hommes montrent toute leur virilité et se faufilent au milieu du public. Des enfants qui assistaient à ce spectacle somptueux lancent des cris de frayeur. Heureusement que Baye Sané était là pour dompter, à travers des incantations, les faux-lions déchainés.

Pour aller plus dans ce spectacle, nous vous proposons en images et vidéo, comme nulle part ailleurs, cette troisième nuit d’A la rencontre de nos traditions. En attendant, celle des Peuls qui aura lieu le 12 juillet prochain au CIMAN.

Babacar Baye Ndiaye

soyawatt2-3078.JPGsoyawatt2-3080.JPGsoyawatt2-3081.JPGsoyawatt2-3082.JPGsoyawatt2-3083.JPGsoyawatt2-3084.JPGsoyawatt2-3085.JPGsoyawatt2-3086.JPGsoyawatt2-3114.JPGsoyawatt2-3116.JPGsoyawatt2-3121.JPGsoyawatt2-3124.JPGsoyawatt2-3126.JPGsoyawatt2-3134.JPGsoyawatt2-3138.JPGsoyawatt2-3146.JPG


Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article