Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 01:06

assala_1_gif_anime.gif

La 5e édition du Festival Assalamalekoum soutenue par la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN) en coopération avec la Région Ile-de-France a réuni vendredi soir, au Forum de l’Institut Français de Mauritanie (IFM), des milliers de jeunes de Nouakchott. Au programme, il y’avait Maxi-Révolution, un des finalistes d’Assalamalekoum Découvertes 2011 remporté par Ziza, Original Ngal Poulal, Foutanké 15, Castro, Altéro, Adviser et le rappeur français Médine. Petit tour d’horizon de ce concert du Festival Assalamalekoum 2012.

Plaisir, maximum de bruit, punch, engagement, messages forts…Cette année, pour sa 5e édition, le Festival Assalamalekoum, créé en 2007, par Kane Limam alias Monza, est célébré sous le mot d’ordre "Non à la corruption". Mais, pour ce soir, l’entame de la programmation 100% rap du Festival Assalamalekoum avait un air de deuil. Dès leurs premières paroles, le groupe de rap annonce les couleurs. Sur les tee-shirts que les deux membres du groupe portent, il est écrit en rouge et noir, en lettres capitales: " Hommage aux Martyrs de 89".

 Une pensée notamment pieuse à Lamine Mangane, mort à 19 ans et tué par balle pendants les manifestations contre l’enrôlement à Maghama, en septembre 2011. " Ce que l’on espérait, c’est de voir les choses évoluer, se rétablir. Mais, c’est le pire qui est train d’arriver. On souffre de plus en plus d’injustice. Il n’y a pas d’égalité ", lâche l’un des membres de Maxi-Révolution.

Avec la bande de RJ, le menu de la nuit devient moins pimenté. A leur tour aussi, Foutanké 15 qui se produit pour la première fois au Festival Assalamalekoum, Castro du Tchad et Altéro défendront le must de leur rap. Le pétulant Adviser, très surprenant ce soir, ne sera pas en reste. Son duo, dans un free-style de rêve, avec la rappeuse d’origine Libanaise, Malikah qui se produira le 29 juin au stade de Ksar, fera vibrer le public.

Malikah apprécie : "C’était trop bien! Le public a fait une très belle réaction. L’énergie de l’audience était excellente. Je n’attendais pas à cela. Je suis très contente que le public ait aimé ce que nous avons fait sur la scène, Adviser et moi. Le public m’a montré beaucoup d’amour".

Alors que Malikah s’offrait un bain de fraicheur, sur la scène, Adviser continuait, lui, à chauffer le public. Le rappeur sénégalais, Simon, qui s’est produit la veille, est lui aussi tombé sous le charme de la prestation d’Adviser et de Malikah. Il juge : "Le public répond. Il n’a rien à dire". Animateur aussi à la Télévision Futurs Médias (Tfm) qui appartient à Youssou Ndour, le Ministre sénégalais de la Culture et du Tourisme, il n’exclut pas, après ce qu’il a vu, lors de son passage à Nouakchott, à faire des émissions avec des rappeurs mauritaniens. "Je sais que c’est bien parti", assure Simon.

Enfin, pour terminer en beauté cette nuit, le rappeur français Médine enflammera la foule de son rap très engagé et révolutionnaire. Pendant plus de trois quarts d’heures, Médine va proposer un tour d’horizon de ses célèbres chansons qui étaient toutes reprises en chœur par ses nombreux fans. Ce soir là, Médine n’était pas là que pour uniquement distiller ses paroles pleines de rage, mais aussi pour faire passer un message, avant de repartir en France.

"L’islamophobie est une injustice qui doit être combattue au même titre que l’antisémitisme et la négrophobie. Elle doit être combattue par les musulmans et les non musulmans. Alors, soyons fiers de ce que l’on est. Soyons fiers d’être des musulmans et montrons aux autres que parfois les représentations sont fausses et qu’il faut les faire tomber, les briser, les dépasser", lance Médine.

Ce 24 juin, à l’Université de Nouakchott, Médine animera avec Malikah, Mister X et Monza, un débat sur la "particularité du hip hop en arabe et des artistes musulmans de hip hop".

Babacar Baye Ndiaye


Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 18:00

Fete-de-la-Musique-2012-cleducdejoal.JPG

A Nouakchott, au Forum de l’Institut Français de Mauritanie (IFM), la Fête de la Musique y avait pris ses quartiers avec une programmation très variée. A 19h, la 31e Fête de la Musique avait mis d’abord en l’honneur des artistes de l’Ecole des sourds de Nouakchott qui ont proposé un spectacle de danse et de percussions. Toutes les musiques ont été fêtées ce soir au Forum de l’Institut Français de Mauritanie (IFM).

"On est heureux d’être là pour se rencontrer. On va jouer, on va, je l’espère, swinguer. C’est rassurant d’être accueilli par Monza", a confié jeudi matin, lors d’un cocktail de presse, Steve Shehan, un slammeur d’origine française qui va se produire le 25 juin, au Parvis de l’Institut Français de Mauritanie (IFM).

Cette année, la Fête de la Musique a été associée au Festival Assalamalekoum. "La Fête de la Musique, c’est l’occasion pour tous les habitants de Nouakchott et de Mauritanie de partager des moments de joie et de plaisir entre ceux qui font la musique et ceux qui l’écoutent", a déclaré le directeur de l’Institut Français de Mauritanie (IFM), Jany Bourdais, dans l’après-midi, à l’ouverture.

"La Fête de la Musique, c’est la liberté, le foisonnement, la rencontre de tous les artistes, de tous les publics. (…). La musique émerge de toutes parts et de toutes les banlieues. Elle est une force inépuisable de réinvention, de nouveaux métissages et de moments de paix et de joie", a-t-il ajouté.

Après lui, le vainqueur d’Assalamalekoum Découvertes 2012 Black Fouta, Walfadjiri de Nouakchott, Bakhan, Mohamed Ould Chighaly et le rappeur sénégalais Simon se sont défiler sur la scène "pour mettre la musique encore plus en valeur".

Babacar Baye Ndiaye

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 20:39

Garmi-Mint-Abba.jpgLe public de l’Institut Français de Mauritanie ne s’est pas ennuyé ce 8 mars 2012. Pour célébrer la Journée Internationale de la Femme, Nouakchott Music Action (NMA) a proposé une soirée musicale haut de gamme.

L’année dernière, cette structure de formation musicale dirigée par Lamine Kane s’était attaché les voix de Hawa Djiméra, d’Ouléya Mint Amartichit, de Tabara Diop et de Fama Mbaye. Pour cette année, Nouakchott Music Action a changé de tempo sans trahir l’esprit de "Voix de femmes". Au programme, il y’avait Tahra Mint Hembara, Penda Woury, Garmi Mint Abba et le groupe Diddal Jaalal.

Après s’être mise sur pause, Tahra Mint Hembara, un des esprits les plus brillants de la musique mauritanienne, retrouve la scène éternellement accompagnée de son ardine qui ne la quitte pratiquement jamais. Femme très engagée, elle vient de créer, avec d’autres femmes de la société civile, un groupe de plaidoyer pour la promotion de la femme mauritanienne.

"Il faut que la femme mauritanienne se batte pour avoir tous les droits qui lui reviennent comme dans les grandes démocraties toutes proportions gardées", affirme Tahra Mint Hembara qui interprétera, sur la scène, trois morceaux.

Tahra Mint Hembara sera suivie sur la scène par Penda Woury, une nouvelle voix, qui veut se forger une réputation sur la scène musicale mauritanienne. Lors de ce concert, Penda Woury, qui en était à sa première sortie musicale, a crânement défendu son statut d’artiste à suivre. Sous la scelle des musiciens du groupe Walfadjiri de Nouakchott, Penda Woury a surfé sur un univers musical où l’amour et la femme occupent une place de choix.

Cette sixième édition de voix de femmes était consacrée à feue Dimi Mint Abba, "cette artiste que nous aimons tous sans exception". Qui, mieux que Garmi Mint Abba qui subjugue par sa voix puissante et ses airs de princesse gracieuse, pouvait rendre un hommage à Dimi Mint Abba ? D’ailleurs, elle chantera "Richetoun", un des plus grands succès de la "diva du désert".

Le concert durera plus d’un tour d’horloge et sera clôturé par Diddal Jaalal qui nous a chantés une savoureuse musique. Au bout du compte, la sixième édition de Voix de femmes n’a pas été un moment à regret.

Babacar Baye Ndiaye

 


 


Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 20:22

Original-Ngal-Poulal.jpgLe trio du groupe de rap, Originbal Ngal Poulal composé de Racine Dia, de Boubakar Traoré et de Moussa Dia, a choisi Nanguitto (accroche-toi) en tant que titre de leur premier album. La sortie officielle a eu lieu ce jeudi 22 mars à Nouakchott à l’ancienne maison des jeunes. Produit par Blues Connexion, un label de production de Baba Maal, cet album est composé de 10 chansons inédites.

Cet album d’Original Ngal Poulal que l’on attendait avec impatience a mobilisé des voix sculpturales comme Ousmane Gangué (Miine), Baba Maal (Nde Ladde), Abou Camara (Nanguitto), Djiby Sall (Mbiruji) ou de celles de l’univers du rap mauritanien à l’image de Diam Min Tekki (Diarama), Abda MC de Force Trankil (Nguendi Men) ou de Ziza (Africa).

Des dizaines de centaines de fans portant des tee-shirts à l’effigie du groupe étaient là pour découvrir le premier album d’Original Ngal Poulal qui continue à arroser, malgré les critiques, les champs du rap nguendi, un mélange de sonorités traditionnelles et de rap pur sucre.

La première partie de la sortie de l’album d’Original Ngal Poulal enregistré entre Dakar et Nouakchott avait mis en scène des rappeurs comme Soldier 6tème, Abda Man, Membo Memma, Laam Tooro Possee, Albak au style de musique très séduisant, Diambar Poular et le danseur Taleb Usher.

Le collectif va réaliser une série de concerts à travers la Mauritanie qui le ménera à Kaédi, Boghé, Nouadhibou, Zouérate, Bababé et Sélibaby avant de faire un saut de puce sur Dakar pour partager la scène avec Baba Maal dans l’un de ses concerts.

Babacar Baye Ndiaye

 


 


 

 

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 19:43

Saidou-Nourou-Gaye.JPGSaidou Nourou Gaye et son groupe, Foyré Bamtaaré, ont célébré jeudi soir, à la Case, à Nouakchott, leur 5e anniversaire dans la plus grande diversité culturelle. La célébration a vu la présence d’Ahmed Ould Hamza, président de la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN) et parrain de l’évènement, et Rabi Haidara, maire et sénatrice de Sebkha.

Le 5e anniversaire de Saidou Nourou Gaye et de son groupe avait réuni des centaines de fans et d’admirateurs, venus découvrir leur idole sur scène. Le spectacle a duré plus de quatre tours d’horloge. Lors de cette soirée, Saidou Nourou Gaye qui soufflera le 30 avril 2012 ses 29 bougies a invité des artistes à le rejoindre sur scène comme Ousmane Gangué, Cheikh Ould Lebiadh et Hamady Gawdel Ba.

Il a interprété ses tubes déjà connus de ses fans comme "So wayliima", "Addé é sifadjimoum", "Sino ko sagam", "Guili na thiandia", "Nana Pama" dont les refrains étaient sans cesse repris. Saidou Nourou Gaye a aussi dévoilé pour le plaisir de ses admirateurs ses nouveaux tubes comme "Mbaynigou guido", "Jam fa magni", "Guili koy na moussi", des singles qui figureront dans son prochain album.

Le public qui avait dû mal à se contenir dans l’enceinte de la Case devenue trop petite a vu défiler d’abord sur la scène des artistes comme Ziza, Penda Wouri et Noura Mint Seymali.

Le temps fort de l’anniversaire a été notamment marqué par la montée sur scène d’Ousmane Gangué qui n’a pas manqué d’étreindre Samba Pam, son ex-manager, devenu manager de Saidou Nourou Gaye. Le moment était émouvant. En se retrouvant sur la scène pour chanter ensemble, Saidou Nourou Gaye et Ousmane Gangué semblent plus que jamais décidé à enterrer la hache de guerre et fumer le calumet de la paix. Au grand bonheur du public qui n’y est pas allé par quatre chemins pour lancer des cris de joie.

Babacar Baye Ndiaye

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 19:10

Thiedel-Mbaye--la-Reine-du-Yela.jpgPour sa première édition, du 14 au 16 juin, le Festival Nous les Femmes organisé par la Fondation Thiédel Mbaye, qui s’est déroulé au stade de Sebkha, a confirmé la pertinence de son slogan qui met la musique au service de l’humanitaire, noué avec le signe de l’ouverture, de la diversité culturelle, avec une programmation riche en couleurs. Reportage au cœur de l’évènement.

En ce 14 juin, la température est douce et rafraichissante dans l’enceinte du stade de Sebkha. La mer, située à quelques battements d’ailes, envoie ses rafales sur le public qui s’impatiente de plus en plus. Puis, vers les coups de 22 heures, une voix s’élève dans le ciel pour chauffer le public. "Mesdames et Messieurs", lance le maître de cérémonie (MC) de la soirée, Samba Pam.

Pour cette première nuit du Festival Nous les Femmes, les chants et les danses traditionnelles sont célébrés. Au-delà de sa vocation de "valoriser le rôle de la femme dans le développement" de la Mauritanie, cette manifestation explore la richesse de la diversité culturelle du pays.

En ouverture de la soirée, on a eu le séduisant Trarza Groupe qui a produit un spectacle de haute facture, sous l’œil admiratif et transporté du public. Leur numéro d’acrobaties donnait à leur prestation un goût de folie et de grandeur. Le public crie et ovationne les deux acrobates, tenant à la main des fusils en bois. L’ambiance est au beau fixe. Elle sera agréablement prolongée par la prestation très exotique des Awloubé. Leurs chansons électrisent la foule. Pêle-mêle, hommes et femmes, esquissent des pas de danse. Dans la foulée, Thiédel Mbaye, qui ne résiste plus à leurs voix, se dirige majestueusement vers elles. Un vent de sabar a aussi résonné sur le stade de Sebkha.

A l’image des prestations de Membo Memma et d’Original Ngal Poulal, les musiques urbaines comme le rap ont su se mêler à ces tableaux magnifiant les chants et les danses traditionnelles des différentes communautés du pays. Les artistes Samba Traoré, Toumany Diallo, Mohamed Ould Chighaly et Amath Kâ ont su aussi propulser la première nuit du Festival Nous les Femmes.

Autres styles, musiques et voix

Le lendemain, vendredi soir, avec un vent léger, la programmation proposait d’aller également à la rencontre d’autres styles, d’autres musiques et d’autres voix de la scène mauritanienne. Moussa Sarr, qui ne se sépare jamais de sa guitare, ouvrira la scène avec une musique rythmique et entrainante. Le distrayant Thiarthioura, dont les pas de danse ont comblé de bonheur le public qui le lui rendait bien par des cris et des ovations, n’a pas pu résister aux notes musicales de l’équipage de Moussa Sarr.

De son côté, Ousmane Guisset a délivré un spectacle très plaisant avec une musique sobre fouettée d’appels à l’unité africaine, à l’amour et à la fraternité.

Ce soir-là, le breakdance avait aussi droit au chapitre avec Hassan Usher qui a ébloui le public déjà charmé par les déhanchements irrésistibles de Fama Mbaye qui nous a invités à explorer les pistes de l’amour. "Il y’a du talent en Mauritanie. Croyons à nos artistes", s’exclame Samba Pam, après la prestation de Fama Mbaye.

A leur tour, le rappeur Impérial Cherghawi, ceux de Number One Susbé Gonga et de D.H Clan vont livrer un spectacle très parfumé de poésie, d’engagement et de fougue, avant que la musique traditionnelle reprend ses services avec Mohamed Ould Seiyid et Mansour Thiam, choriste de Thiédel Mbaye. Adviser couronnera la programmation de la deuxième nuit du festival.

Cap sur les étoiles

L’ambiance sera aussi au rendez-vous de la dernière nuit du festival. En termes de fréquentation, elle semble battre le record. La programmation est très séduisante. A l’image de Thiédel Mbaye qui débutera la soirée. Sur la scène, la diva mauritanienne, souriante, rayonnante et royale, déploie toute son élégance physique et musicale. Entre deux chansons, elle s’offre un temps de répit pour remercier ses partenaires ainsi que la jeunesse de Sebkha pour s’être comportée de manière responsable. Ici, les agressions, les viols et les actes de banditisme sont monnaie courante. Alors, organiser un festival dans une zone pareille sans incident majeur, est déjà une source et une victoire pour Thiédel Mbaye qui assure déjà qu’elle y organisera la 2e édition du Festival Nous les Femmes.

Les prestations se suivent. Le public s’enthousiasme. Le temps est suspendu à la voix de Ndèye Coumba Dia et de Cheikh Maal. De leurs côtés, les groupes de rap RIM One Family dont l’un des membres est le fils de Thiédel Mbaye, Hel Livrick et Léñol Salibé Fénandé (LSF) distillent, à compte-gouttes, leurs sensations. Un peu après, Penda Wouri monte sur la scène. Elle acclimate, pendant quelques bonnes minutes, la foule à ses chansons. "La voix est belle, mélodieuse et douce", exulte Samba Pam, l’air conquis.

Dans leur périple autour de leur musique, le groupe Walfadjiri de Nouakchott a encore détonné, en entraînant les spectateurs, à travers une fusion musicale faite de reggae, de zouk, de raï, de mbalax. Là, Tchiriri se déchaîne. Le public s’excite. Après cette entrée en scène impressionnante, le Roi du Ndjarou, Seydou Sow, fait irruption sur la scène, va dans tous les sens. Quand Walfadjiri met cap sur les étoiles, cela donne envie de regarder le spectacle.

Ce soir-là, aussi, à l’image de Walfadjiri, Saidou Nourou Gaye a confirmé son surnom, "l’exubérant", grâce à une musique qui s’impose de plus en plus dans nos esprits et nos oreilles. Comme sur toutes les scènes, il fait preuve d’assurance, de sa maîtrise musicale et scénique agrémentée par ses éternels sourires.

Eux aussi, ils étaient attendus à Basra. Il s’agit des rappeurs d’Ewlade Leblade. Le groupe a été accueilli royalement par le public qui s’enflammait. A la fin de leur 3e morceau, après une prestation convaincante, le groupe remercie le public d’être venu. En un clin d’œil, le stade se vide. Il n’y reste plus que les organisateurs et quelques adolescents. Il était déjà 2h du matin. Sur la scène, on rangeait déjà les instruments. Rendez-vous en 2013.

En attendant nous avons le plaisir de vous offrir plus de 3 heures de scène du Festival Nous les Femmes en vidéo Haute Définition, rien que pour vous, en exclusivité sur Cridem, le site pour la promotion de la culture mauritanienne.

Babacar Baye Ndiaye

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 22:35

soyawatt2-1160.JPGCe mardi 12 juin, l’acte 2 du programme culturel "A la rencontre de nos traditions", organisé par le Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott (CIMAN)  et financé par l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Nouakchott, a été consacré à celles de la communauté maure. L’occasion de découvrir le rituel du mariage, des chants et danses traditionnelles, des habits maures autour d'un repas. Récapitulatif.

Quelque part, dans la badiya, après le dîner, des jeunes filles, balancent leurs mains dans l’air, causent, chantent, autour d’un tbala. Puis, arrive une poignée de jeunes garçons. L’un d’entre eux s’entiche de l’une des filles. Pour la séduire, il déclame des poèmes en son honneur.

Au fur et à mesure, les rythmes de tbala s’intensifient. On hulule. La maman de la mariée se mêle à l’atmosphère bon enfant et décontracté. On sert le zrig. On festoie. La déclaration d’amour faite par le jeune garçon à la jeune fille, les amis du futur mari partent en négociations.

Lorsque la famille accepte, l’annonce est faite à travers des cris de joie. C’est le moment maintenant de célébrer cette nouvelle vie qui attend le couple. La nuit des noces réunit familles, amis, connaissances, parents. Dans la foulée, on prépare la mariée, en la parant pour qu’elle soit la plus belle fille au monde. On la saupoudre avec beaucoup de délicatesse et de soins particuliers de henné aux pieds et aux mains. Les préparatifs de la mariée sont faits avec beaucoup de discrétion.

Pendant ce temps, dehors, tout le monde attend, la mariée. La musique des iggawins (griots) résonne fortement dans les oreilles. Les hommes jouent le tidinit et les femmes, le tbal et l’ardine. On déguste, on danse. Puis, arrive la mariée accompagnée de ses amies. A ses côtés, le marié, tout heureux, tout souriant. Une alliance est remise à la mariée. La mère de celle-ci se lève et danse pour exprimer sa fierté et sa joie. Les amis du mari s’y mettent aussi en esquissant des pas de danse comme le guéreu.

Alors que la nuit s’effiloche, les amies de la mariée ont déjà caché celle-ci, quelque part, dans le village. A leur tour, les amis du marié se sont aussitôt mis à sa recherche pour la ramener à la chambre nuptiale où l’attend impatiemment son mari…

Babacar Baye Ndiaye

soyawatt2 1160soyawatt2-1195.JPGsoyawatt2-1172.JPGsoyawatt2-1178.JPG

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 22:26

soyawatt2-1243.JPG"Susciter une prise de conscience généralisée par rapport à la condition de la femme et des enfants", "Valoriser le rôle de la femme dans le développement du pays"…Tels sont, entre autres, les buts du Festival "Nous les Femmes" dont la cérémonie d’ouverture s’est déroulée, jeudi 14 juin, au Stade de Sebkha, avec un discours de son initiatrice Thiédel Mbaye. "C’est la musique que nous mettons au servie de l’humanitaire", a-t-elle rappelé dans son discours d’ouverture.

La première édition du Festival "Nous les Femmes" a été officiellement lancé par le directeur de la Culture et des Arts, Adnane Ould Beyrouck et la 3e vice-présidente de la Commununauté Urbaine de Nouakchott (CUN) Hawa Adama Diallo. "C’est un festival riche de sens. Sont rares les occasions où on trouve que les aspects culturels et les valeurs religieuses sont mises au service de l’humanitaire", s’est exprimé M. Beyrouck qui a aussi appelé la femme mauritanienne à "une plus grande implication dans l’action culturelle, sociale et humanitaire".

La première édition du Festival "Nous les Femmes" se veut un cadre de réflexion sur la situation des enfants notamment ceux de la rue. A ce propos, Hawa Adama Diallo s’est dit consternée de "constater qu’ils sont encore plusieurs à pratiquer la mendicité et à être exploité". "L’ampleur du phénomène nous interpelle tous, société civile, décideurs, acteurs et familles", a lancé Mme Diallo, dans un discours prononcé à l’ouverture du Festival.

Une visite des stands d’exposition a suivi la cérémonie d’ouverture du "Festival Nous les Femmes". Ce soir, au Stade de Sebkha, un spectacle de chants de et de danses traditionnelles clôturera le premier jour du Festival "Nous les Femmes" qui prendra fin le 16 juin.

Babacar Baye Ndiaye

soyawatt2 1243soyawatt2-1247.JPGsoyawatt2 1260soyawatt2-1261.JPGsoyawatt2-1269.JPGsoyawatt2-1271.JPG

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 01:38

Le dernier acte des demi-finales du concours de rap Assalamalekoum Découvertes 2012 s’est joué jeudi soir, à l’Institut Français de Mauritanie (IFM), en présence d’une foule constituée de fans venus supporter les quatre qualifiés. Il s’agissait de NNL, de Toka, de RIM One Family et de Ghetto Positive.

Ces quatre groupes de rap ont été sélectionnés mardi dernier au Village de la Biodiversité parmi une vingtaine de rappeurs et groupes de rap.

Le dernier prime des demi-finales d’Assalamalekoum Découvertes 2012 parrainé par la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN) entre NNL, Toka, RIM One Family et Ghetto Positive a été très serré.

Chaque groupe y est allé de son propre style de rap, de ses rythmes, de ses thématiques, de ses voix, de son groove pour séduire les membres du jury composés, pour ce dernier round des demi-finales, de Vincent Frémondière, de Yéro Djigo, de Maimouna Mint Saleck, de Mahfoudh Ould Mohamédou et d’Oumar Fassa dit Farouck.

A l’issue des concertations entre les membres du jury, NNL a été choisi devant RIM One Family pour participer à la Finale d’Assalamalekoum Découvertes 2012 qui aura lieu le 8 juin 2012 au Parc OMVS. NNL complète ainsi le tableau de la Finale d’Assalamalekoum Découvertes 2012 en rejoignant Six Men, Black Fouta et Tonia Fiya.

Lancé en 2011 par Zaza Productions, organisatrice d’Assalamalekoum Festival International, le concours de rap Assalamalekoum Découvertes constitue un tremplin pour les jeunes rappeurs qui veulent mener une carrière musicale professionnelle. Le Prix Assalamalekoum Découvertes permet au vainqueur de se produire lors d’Assalamalekoum Festival International, au Festival Festa 2H à Dakar mais aussi de bénéficier d’un enregistrement gratuit offert par Zaza Productions.

Babacar Baye Ndiaye

Avec Cridem, comme si vous y étiez...































Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 19:32

Le troisième round des demi-finales du concours de rap Assalamalekoum Découvertes 2012 présenté par Mister X et organisé par Zaza Productions a mis en scène jeudi soir à l’Institut Français de Mauritanie (IFM) les rappeurs Babzo, Six Men, Cartouche et Meth K.

A l’issue d’une rude compétition où chaque rappeur a fait preuve de singularité et d’originalité, les membres du jury composés de Maimouna Mint Saleck, Yéro Djigo, Fassa Oumar alias Farouck, de Vincent et de Taki ont choisi Six Men.

Ce rappeur originaire de Rosso rejoint ainsi Tonia Fya et Black Fouta en finale. Elle aura lieu le 8 juin prochain au Parc OMVS de Nouakchott. L’on saura qui succédera à Ziza qui a remporté la première édition d’Assalamalekoum Découvertes 2011.

L’année  dernière, 80 rappeurs et groupes de rap ont participé à Assalamalekoum Découvertes 2011. Pour cette édition, répartie comme l’année dernière en quatre phases demi-finales, 60 rappeurs et groupes de rap ont été sélectionnés.

Babacar Baye Ndiaye

Avec Cridem, comme si vous y étiez...



































Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article