Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 19:41

gueye_nourou_saidou_1329.jpgL’artiste mauritanien Seydou Nourou Gaye et son groupe Bamtaré Foyré ont célébré ce 14 avril, à la Case, à Nouakchott, leur 4e anniversaire, devant un public nombreux qui a dansé comme des cabris. Comme artistes invités, il y’avait Adviser, RJ, Force Trankil, Boudi Coumba Thiédel, Thiédel Mbaye ainsi que le groupe Le Phare de Nouadhibou qui a offert un spectacle de haute facture.

Seydou Nourou Gaye, dont l’anniversaire a été honoré par la présence du président de la Communauté Urbaine de Nouakchott Ahmed Ould Hamza, son conseiller Pape Hadya Tandian, ainsi qu'Aziz Dieng, le styliste de réputation mondiale de la marque Aziz Fashion, a interprété les célèbres tubes de son répertoire comme Guilly, Thierno Mama Aw de Wallaldé et Fans. Péya Guèye et Astou Mbodj étaient les marraines de la soirée.

Il est jeune, passionné et bien décidé à imposer son style. Lui, c'est Seydou Nourou Gaye, à l'origine du groupe musical Bamtaré Foyré. Cet artiste, désormais le chouchou des jeunes filles de Nouakchott, notamment de Basra et d'El Mina, a connu beaucoup de bouleversements ces dernières années.

A l'échelle nationale, Seydou Nourou Gaye, à mi-cheval de la musique traditionnelle et moderne, s'est taillé une place sûre sous le soleil de la musique mauritanienne et demeure, à ce titre, dans l'air du temps. Mais, également, un artiste qui a donné une impulsion significative à la scène musicale locale, avec des paroles de chansons pleines de force.

De plus en plus, les prestations de Seydou Nourou Gaye connaissent une grande effervescence. Comme peut en témoigner celle du 14 avril 2011, à la Case, à Nouakchott, qui est la preuve d'une évolution personnelle.

Ce soir-là, Seydou Nourou Gaye a mené de main de maitre toute la soirée, avec une musique à fleur de peau. De leur côté, ses fans lui ont rendu la pièce de sa monnaie, en lui réservant un accueil qu'on imagine. Avec une puissance vocale hors-pair, Seydou Nourou Gaye a particulièrement offert une prestation très remarquée, destinée à confirmer son statut de grand artiste.

«C'est la preuve qu'on peut le célébrer comme parmi les artistes mauritaniens qui croient en leur étoile. Seydou Nourou Gaye a donné un grand spectacle. Son état d'esprit et son plaisir de jouer sur scène ont fasciné tout le public qui s'était déplacé. Il est en train d'apporter un vent nouveau sur la scène musicale mauritanienne», confiera, à la fin de la soirée, un fan de Seydou Nourou Gaye, visiblement transcendé par la présence massive du public.

Derrière cette réussite, il y’avait la main de Samba Pam, son manager, et son staff qui ont abattu un énorme travail pour imprimer un succès éclatant à la soirée de Seydou Nourou Gaye qui se produira le 12 et le 13 mai 2011 à Zouérate.

Alors, joyeux anniversaire MONSIEUR Seydou Nourou Gaye!

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 17:20

soyawatt1-1009.JPGEn tournée dans toute l’Afrique, le lauréat du prix Découverte RFI 2010 était en concert, ce 22 mars 2011, à Nouakchott, à l’Institut Français de Mauritanie. Il faut rappeler que Maurice Kirya est né en 1984, en Ouganda, dans une famille de musiciens.

 

Inspiré par les artistes américains comme India Arie, Common, John Legend mais aussi l'Haïtien Wyclef Jean ou les Africains Didier Awadi et Youssou N'Dour, le jeune Maurice Kirya  cherche d'abord sa voie, entre afro-soul, hip hop, r'n'b et rythmes ougandais. Finalement, il nomme lui-même "mwoyo" une fusion personnelle de tous ces styles.

 

2009 est l'année de sortie de son premier album Misubbaawa. La voix de velours de Maurice Kirya donne aux chansons écrites (en anglais et en lubanga, une langue d'Ouganda) et composées par lui-même, une atmosphère particulière, habitée, une caisse de résonance aux multiples influences digérées.

 

Le jeudi 16 septembre 2010 à Paris, le jury du Prix Découverte RFI, présidé par Passy a choisi Maurice Kirya Cette consécration lui a valu notamment de se produire à Paris puis à N’Djamena, au Tchad, avant de se lancer dans une tournée africaine dont Nouakchott est une des étapes.

 

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

 

soyawatt1-1018.JPGsoyawatt1-1017.JPGsoyawatt1-1016.JPGsoyawatt1-1011.JPGsoyawatt1-1007.JPGsoyawatt1-1002.JPGsoyawatt1-0998.JPGsoyawatt1-0994.JPG

 

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 16:43

soyawatt-0778.JPGAuréolé d’un passé musical, Ousmane Gangué, qui a fait les frais de ses erreurs, de ses choix, de ses opinions souvent dures à avaler, semble aujourd’hui avoir fait mien ce principe: il faut savoir attendre comme un vautour.

 

On se rappelle, comme un lion qui règne sur un territoire sans gibier, l’Enfant de Rindiaw avait décidé alors d’aller en France.

 

Il y restera presque deux ans. Son absence de la Mauritanie va trahir sa côte de popularité. Mais, néanmoins, son séjour au pays de Victor Hugo et d’Antoine de Saint-Exupéry lui offrira un parfait camouflet pour revenir en force. Ainsi, son retour va sonner la fin des gloses, des supputations, des tergiversations.

 

Depuis, Ousmane Gangué, qui ne veut plus sonner faux, s’est lancé dans une course contre la montre pour récupérer son public et montrer qu’il n’est pas en perte de vitesse. Coup sur coup, il enchaîne les concerts après un passage moins euphorique à la 3e édition du Festival Mondial des Arts Nègres où se sont produits de grandes voix.

 

Lors de l’enregistrement de l’émission "Dakar ne dort pas" transformé, cette fois-ci, en "Nouakchott ne dort pas" dont les prises de vue ont été assurées par Vidéo Pro Pub Laser de Doudou Seck, Ousmane Gangué a vidé tout son sac sur la scène de spectacle de Capricorne. Contrairement à son spectacle à la Case le 28 janvier 2010, il a fait mieux à Capricorne en enchaînant morceau sur morceau.

 

Cerise sur le gâteau, il y est allé fort cette fois-ci, en livrant un spectacle inédit et authentique avec une orchestration revue et corrigée. Ousmane Gangué s’est défoncé pour Youssou Ndour et a crevé l’abcès. Ses fans en majorité composée de femmes n’étaient pas en reste pour apparaître sur la chaîne de Youssou Ndour, la TFM, zappant complètement la TVM Plus qui faisait pourtant partie de l’enregistrement.

 

Ousmane Gangué a enflammé le public en menant de main de maître la soirée qui s’est terminée tard dans la nuit. Ce concert qui sera diffusé sur la TFM, à l’émission "Dakar ne dort pas" qui est très suivi au Sénégal, en Europe, aux Etats-Unis d’Amérique et notamment en Afrique de l’Ouest comme en Mauritanie, a laissé des traces.

 

Durant cet enregistrement, Ousmane Gangué qui a semblé donné un gage de se défaire de certaines mauvaises habitudes a invité entre autres le consul du Sénégal à Nouakchott et Aziz Fashion. Au fur et à mesure que la nuit s’effilochait, Ousmane Gangué se laissait glisser dans l’âme de son public en livrant un concert de plus de deux heures d’horloge. Sous les yeux admiratifs de Ndèye Ndack, une des animatrices de "Dakar ne dort pas", qui était venue sans ses cameramen.

 

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

tfmm.JPGtfm--3-.JPGtfm--2-.JPGsoyawatt-0782.JPGsoyawatt-0809.JPGsoyawatt-0800.JPGsoyawatt-0779.JPGsoyawatt-0793.JPG

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 15:31

11-copie-2.JPGEn marge du 100e anniversaire de la célébration de la Journée internationale des femmes, l’Institut Français de Mauritanie a proposé une soirée musicale unique, une programmation qui a vacillé entre chants et percussions traditionnelles, musique tradi-moderne, musique traditionnelle, musique acoustique.

 

Le huit mars, la salle de spectacles de l’Institut Français de Mauritanie a été le rendez-vous de toutes les musiques mauritaniennes. Au menu du programme, il y’avait Hawa Djiméra, Ouléya Mint Amartichit, Tabara Diop, Fama Mbaye et une troupe de joueuses de Tbel.

 

Après une première partie diablement assurée par Hawa Djiméra, celle-ci se fera succéder sur la scène par Ouléya Mint Amartichit qui chauffera également le public. Le temps qu’elle quitte la scène, Tabara Diop débarque, munie de sa guitare, et entraîne la salle dans un spectacle surchauffant. Juchée sur une chaise, comme toujours, elle interprète ses nouvelles compositions.

 

La soirée prend une autre tournure lorsqu’une troupe de joueuses de Tbel s’installe sur les planches de la salle de spectacles de l’Institut Français de Mauritanie. Composée de femmes uniquement, cette troupe, garante d’une tradition ancestrale, ressuscite les chants traditionnels. Puis, le temps de reprendre son souffle, le public est emballé sans répit par les soupirs musicaux de l’orchestre de Fama Mbaye dont on prédit un bel avenir musical.

 

On n’entend plus les ricanements de la batterie. Enfin, c’est fini et le public peut reprendre ses esprits. En tout, les artistes en l’honneur auront joué presque deux tours d’horloge. On se précipite pour débarrasser les planches des instruments de musique. Les congratulations bruissent de partout. Rendez-vous est donc donné pour 2011. Ce grand concert de voix de femmes est devenu un moment de promotion de la musique mauritanienne dans toute sa diversité.

 

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

 

8-copie-2.JPG6-copie-4.JPG4-copie-7.JPG2-copie-5.JPG10-copie-3.JPG7-copie-3.JPG5-copie-4.JPG3-copie-5.JPG1-copie-5.JPG

 

 

 

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 17:28

pancarte-CIMAN.JPGLe Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott a ouvert le 1er mars 2011 ses portes pour la deuxième année consécutive, après une première année moins intensive. Au programme, il y’avait de l’exposition, de la performance et de l’animation musicale.

 

Des artistes de musique comme Mohamed Ould Seyid, Hamath Kâ, Yacoub Koné, Noura Mint Seymali, Cheikhna Bakary, David Simon Martos, Ilyes Hayder, Néfertiti Diop, le groupe Dental, Ziza, Dj Clédor, Mister X et Domi Blanc Bec ont enchanté le Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott (CIMAN) dans une fusion allant de la musique traditionnelle à la musique moderne en passant par le rap, le reggae, la musique classique et arabe sans oublier le slam.

 

Un à un, sous le regard amusé des invités de marque comme l’ambassadeur du Royaume d’Espagne à Nouakchott, le directeur de l’Office National des Musées, le chargé des affaires publiques de l’ambassade des Etats Unis d’Amérique à Nouakchott, des amis de la nouvelle direction du Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott, ces artistes ont sacrifié de leur temps pour donner un spectacle qui a duré plus de trois tours d’horloge et de plaisir.

 

Vers les coups de 19h, le son des guitares et de la batterie, dans une pulsation irrésistible, devient plus intense et emballe toute l’assistance. Derrière la scène du Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott, les artistes peintres à l’image de Mokhis, Abass, Ibrahima Fall, Aicha Fall, Hamady, Anne, Néfertiti…donnent des coups de pinceau sur deux tableaux accrochés au mur où sortent des représentations illustrant des instruments de musique.

 

Au rappel, le Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott a été créé en 2010 sous l’impulsion du professeur Sidi Ould Isselmou, président de l’Université Libre de Nouakchott avec la collaboration de Léon Nadé, professeur de musique et ex-trompettiste solo de la Marine Française.

 

Le C.I.M.A.N. est aujourd’hui dirigé par Abdoul Hamady Sarr plus connu sous le nom de Baby Sarr et est composé de 3 départements. Il s’agit de celui des Arts Plastiques, de la Musique et de la Danse.

 

"Tous les pays de la sous-région avaient leur centre de recherches et de créations artistiques et musicales sauf la Mauritanie. Pour sauvegarder notre culture et notre art et le conserver, il faut l’écrire. Quatre vingt pour cent des musiciens mauritaniens ne savent pas lire la musique. La musique mauritanienne, qu’elle soit Maure, Wolof, Soninké, Poular, n’a jamais été écrite. Nous n’avons non plus une école de Beaux-arts", a expliqué Baby Sarr, directeur du Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott. 

 

Le C.I.M.A.N. propose un enseignement artistique diversifié, de qualité, à la portée de tous les publics.

 

Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott : E-Nord Lot n°815. Boite Postale : 4649 Nouakchott-Mauritanie. Tél. : 00 222 25 02 19 05// 00 222 46 85 51 61// 00 222 33 46 81 60. E-mail : ciman.nkc@gmail.com. Le Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott est ouvert du samedi au jeudi de 9h à 12h.

 

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

Ziza.JPGYacoub-Kone.JPGPerformance-artistique.JPGperformance-artistique2.JPGperformance-artistique1.JPGNoura-Mint-Seymali.JPGNefertiti.JPGMohamed-Ould-Seyid.JPGMister-X.JPGle-public3.JPGle-public2.JPGle-public1.JPGIlyes-Hayder.JPGHamath-Ka.JPGDj-Cledor.JPGDental.JPGDavid-Simon-Martos.JPGCheikhna-Kakary.JPGBatterie.JPGBaby-Sarr.JPGBaby-Sarr1.JPG

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 16:46

dj-paco_fatimetou.JPGVisage décontracté, l’air détendu, Ousmane Gangué, que l’on attendait depuis 20h, fait son apparition sur la scène aux alentours de 23h passées d’une bonne vingtaine de minutes. D’une voix pleine d’assurance, l’enfant de Rindiaw engage aussitôt le début de la soirée. Tout comme son groupe, Ousmane Gangué déroule le rouleau compresseur en interprétant deux morceaux dans une session acoustique.

 

Puis, Ousmane Gangué, après un bref rappel de son parcours musical par DJ Paco s’installe et se met en face de DJ Paco et de Fatimétou Sow Deyna.

 

Devant quatre caméras dont deux qui appartiennent à la RTS1, les vedettes du plateau télévisé d’Ousmane Gangué avec la chaîne de télévision publique sénégalaise qui a eu lieu ce vendredi 28 janvier à la Case ont étonnamment et incroyablement perdu leur vocation. Leur prestation, à la limite très en deçà de ce que l’on attendait d’eux, se comprenait au bout du compte.

 

DJ Paco est un animateur de radio et un habitué des scènes, donc loin des caméras de télévision. Quant à Fatimétou Sow Deyna qui a perdu son élocution et la précision qu’on lui connaît lorsqu’elle présente le journal télévisé de 21h 30 sur la Télévision de Mauritanie avait dû mal à porter son nouvel habillage d’animatrice.

 

Ils ont extraordinairement ménagé Ousmane Gangué qu’ils n’ont pas rudement soumis au feu roulant des questions. Dj Paco et Fatimétou Sow Deyna n’ont pas été percutants dans leurs questions, donnant l’impression d’épargner Ousmane Gangué, lui aussi, très évasif et très peu convaincant dans les réponses que lui posaient nos deux super stars de la soirée.

 

Dommage qu’elles n’aient pu pas tirer des vers du nez d’Ousmane Gangué. Lui autant que Fatimétou Sow Deyna et Dj Paco avaient oublié qu’ils étaient sur un plateau de télévision comme celui de la RTS1. On s’attendait à plus que cela. Les deux ont véritablement montré qu’ils ne s’étaient pas bien préparés, qu’ils n’avaient pas l’habitude de faire ce genre de spectacles pour réussir à faire parler Ousmane Gangué.

 

Devant une chaîne de télévision comme la RTS1 qui est regardée dans les quatre coins de la terre, DJ Paco et Fatimétou Sow Deyna, obligés de sauver l’honneur en l’absence de DJ Prince, ils ont joué avec le feu, montrant souvent des signes qu’ils ne contrôlaient pas la situation.

 

Néanmoins, ils ont, couteau sous la gorge, tenu jusqu’à la fin du plateau télévisé. Comme les musiciens d’Ousmane Gangué, Fatimétou Sow Deyna et DJ Paco ont assuré leur partition. On espère toutefois qu’ils comprendront que même les ailes brisées se réparent et qu’on n’attrape pas une chauve souris avec une macchabée.

 

Babacar Baye Ndiaye

 

soyawatt 1536dj paco fatimétou

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 15:26

soyawatt-1936.JPGsoyawatt-1934.JPGsoyawatt-1933.JPGsoyawatt-1927.JPGsoyawatt-0347.JPGsoyawatt-0346.JPGsoyawatt-0341.JPGsoyawatt-0338.JPGsoyawatt-0334-copie-1.JPGsoyawatt-0333.JPGsoyawatt-0326.JPGsoyawatt-0322.JPGIMG_0317.JPGIMG 0303IMG_0292.JPGIMG_0232.JPG

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 15:32

fabros_ziza.jpgAprès trois années d’existence et d’expérience parfois tumultueuse rythmée de pause et d’incertitudes tout en essayant de contenter tout le monde, A Vous la scène est devenu Tous en scène avec un format innovant.

 

Le premier spectacle de Tous en scène animé par le fringant Dj Féroce a connu cette fois-ci une forte affluence de la part du public et couronné de succès avec la prestation d’une dizaine de rappeurs, de chanteurs, de freestyleurs et de slameurs. Ce 13 janvier, au centre culturel français Antoine de Saint-Exupéry de Nouakchott qui accueille Tous en scène, Fabros Music et Ziza ont été sans égal. Le tout petit périmètre où était immobilisée la scène était devenu trop petit pour Fabros Music et Ziza qui ont entraîné le public dans le sillage de leur musique bien amortie.

 

Fabros Music est un groupe de scène d’origine congolaise. Les membres qui l’ont créé, depuis plus de deux ans, vivent présentement en Mauritanie dans le seul souci de faire danser la population africaine et notamment mauritanienne. Ce soir-là, Fabros Music a tenu en haleine le public avec des sons métissés du Soukous (un mélange de rumba cubaine, de zouk et du kwassa-kwassa) et du coupé-décalé ivoirien.

 

Quant au jeune Ziza qui est un artiste à suivre, c’est presque devenu une retrouvaille chez lui de jouer au centre culturel français Antoine de Saint-Exupéry de Nouakchott où il a commencé a imposé sa musique (le reggae, sa marque de fabrique) très bien appréciée par le public.

 

Il y’avait également à l’affiche de cette soirée un échantillon du mouvement Hip Hop local, de la musique tradimoderne, du zouk et du slam. Ainsi, Lidza, Malick Sow, Papis Diarra de Walfadjiri, Dj Clédor, Tabara Diop, African Soldiers, Mister X, Amath Kâ, Zelph, Cheikh Maal et le Foyré Dandé Léñol, Zéina, Mimi Joséphine et Yacoub Koné sont passés sur la scène de Tous en scène.

 

Aujourd’hui, Tous en scène a de la notoriété car il est devenu le rendez-vous incontournable de toute une génération d’artistes. Ouvert à tous les artistes qui souhaitent partager leur musique avec le public, Tous en scène né des côtes d’A vous la scène est destiné également à se faire connaître et partager la scène avec des artistes de divers univers musicaux.

 

"On a passé une excellente soirée. On a découvert des talents formidables, de belles voix. Nous espérons que les prochaines scènes draineront plus de monde", a déclaré l’initiateur de Tous en scène Lamine Kane qui est en train de jouer sa partition dans la montée en puissance de cette expérience musicale.

 

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

Album-sans-nom-0964.JPGAlbum-sans-nom-1019.JPGAlbum-sans-nom-0981.JPG

Album-sans-nom-1032.JPGAlbum-sans-nom-1023.JPG

Album-sans-nom-1048.JPGAlbum-sans-nom-1057.JPGAlbum-sans-nom-1092.JPGAlbum-sans-nom-1149.JPGAlbum-sans-nom-1046.JPG

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 17:22

Mega-concert.jpgLa maison culturelle de PK8 a vibré les 6 et 7 janvier aux sons et lumières d’un méga concert splendide, organisé par les jeunes du Feede Redubé Mujo. Animé par la nouvelle coqueluche de la banlieue Seydou Nourou Gaye, ce rendez-vous était aussi une occasion offerte aux jeunes artistes rappeurs de montrer leur talent.

 

Pour leur premier essai, les jeunes de PK8 pouvaient compter sur le sponsor local Mattel qui a été la seule société de la place à les soutenir. Les jeunes du Feede remercient Aboubakry Sall, SG de Caritas ainsi que M. Lo pour leur soutien. Organisé à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance du pays, le méga concert avait comme mission de réunir toute la jeunesse de la banlieue autour d’un même tempo. Un objectif atteint grâce au travail d’Alassane N’diaye alias DJ MBourlane, président du Fedde Redubé Mujoo.

 

Pour réussir ce pari, les jeunes de PK8 ont eu du cran par rapport à la dimension de l’événement. Ils sont arrivés à déplacer les montagnes pour fêter à leur manière le cinquantenaire de l’indépendance. Pour les soutenir, les jeunes de PK8 ont bravé le froid glacial de la nuit du jeudi 6 janvier, pour découvrir et applaudir une vingtaine de talents en herbe.

 

La maison culturelle de PK8, un espace sordide, crasseux et dépourvu de toiture a été choisie pour accueillir une foule venue nombreuse, soutenir un parent ou un ami musicien. Avec Adviser comme guest star, la soirée a commencé par les playbacks des jeunes rappeurs de PK8 ou des quartiers environnants.

 

Le groupe ADN a été le premier à monter sur scène. Une apparition des jeunes rappeurs qui a électrisé la foule. Tenaillée par le froid glacial, la foule s’est subitement métamorphosée pour reprendre en chœur les paroles des deux jeunes rappeurs de PK7. Le ton était donné, la voie ainsi ouverte à MAM ZON, Baye Cheikh, Mamoudou 2Pac, MD Mah, OBL, TTRT, HKM, Mam Mc, Outlook Outlook, D.A de se mesurer devant une foule composée de jeunes et de femmes.

 

Le reggae man Lif Black, le chouchou du public a été le dernier artiste de la banlieue à monter sur scène, avant que la soirée folklorique ne prenne son envol. Pour maintenir cette cadence, la foule pouvait compter sur le talent pur de Seydou Nourou Gaye.

 

Adviser et Seydou Nourou Gaye, le clou de la soirée

 

Pour surplomber l’atmosphère, Seydou Nourou s’est déplacé sur scène avec un orchestre au complet. Un moment de symbiose et de communion avec ses fans qui se sont déplacés en masse, qu’il a su partager avec l’autre star de la banlieue, le rappeur Adviser. Venu présenter son premier album  "Alhamdoulilah", Amadou Birane Mangane alias Adviser n’était pas quasiment sur un terrain inconnu.

 

Les jeunes chantaient en chœur les titres de ces opus dont "Mouhamadou (PSL)" et "Noir et Blanc", un morceau qui parle de métissage, d’unité et de réconciliation nationale, dans lequel a participé Thiédel Mbaye, Noura Mint Seymali et Hawa Djiméra. Il était 01heures15 mn quand l’autre coqueluche de la banlieue, Seydou Nourou Gaye prend le micro. Pour un concert qui ne devait pas aller au delà de 02 heures du matin, les fans n’avaient pas eu le temps de découvrir tout le talent du jeune chanteur.

 

Mais les morceaux offerts au public n’ont laissé personne indifférente de la réussite de cette première nuit de concert. Les festivités ont repris le lendemain où une dizaine de jeunes rappeurs se sont produits dans une symbiose et une soif d’activités inégales. Les organisateurs peuvent souffler un ouf de soulagement et remercier les jeunes artistes de la banlieue qui ne cherchent aujourd’hui qu’à s’épanouir. Ces derniers encore inconnus du grand public ont tout pour réussir, mais le milieu semble hostile à leur message et à leur musique.

 

Dialtabé (Le Quotidien de Nouakchott)

 

 

 

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 17:09

Adviser, le nouveau phénomène du rap mauritanien, est dans les bacs. La sortie officielle de son 1ier album, Alhamdoulilah, a eu lieu jeudi 23 décembre à l’ancienne maison des jeunes de Nouakchott, au terrain de basket-ball. Le froid n’a pas empêché les groupies d’Adviser de se déplacer.

 

A l’extérieur comme à l’intérieur du terrain, la foule est dense. Les manettes de l’animation sont confiées au tonitruant Dj Khalzo venu tout droit de Dakar. Sur le podium, ce dernier, habillé en aristocrate, tente de raisonner la foule visiblement excitée.  "Non à la violence. Oui au respect de tout chacun", lance-t-il.

 

Question de tempérer les esprits surchauffés. Il est 22h 30mn. Pas l’ombre de celui que tout le monde attend alors que le concert devait commencer normalement, comme annoncé par les organisateurs, à partir de 20h. En attendant, le Dj de la soirée nous abreuve de décibels. Les esprits frileux s’échauffent aussitôt. Video Pro Pub Laser, partenaire de la sortie de l’album d’Adviser, s’y met aussi. Sur l’écran géant aménagé en la circonstance, défilent des clips d’Adviser, de Cee Pee, de Diam Min Tekky, de Bad’s Diom

 

Ensuite, le podium va accueillir un plateau d’artistes : le breakdanceur Taleb Usher, Big Kana, Ousmane Dgrio, Saidou Nourou Gaye, Fama Mbaye et Ousmane Gangué. Ce dernier va interpréter un des morceaux de son prochain album international dont la sortie est prévue entre janvier et février 2011.

 

A la fin du morceau, Dj Khalzo l’accroche : "Tu as été au 3e Fesman pour y représenter la Mauritanie. Tu es de retour de Dakar. Il y’a des rumeurs qui soutiennent que tu as fui la Mauritanie. Qu’en est-il exactement ?". "Je n’ai jamais fui la Mauritanie. Je suis fier d’être mauritanien et de porter le drapeau mauritanien dans mon cœur et partout où je vais", lui rétorque Ousmane Gangué.

 

Les minutes s’égrènent. La nuit s’étire. Des animateurs défilent sur la scène pour apporter leurs témoignages. A l’image de Néna Ly, ils ne manqueront pas de jeter chacun son grain de sel et de poivre dans la marmite. "Ce soir, c’est la confirmation d’un jeune qui n’est plus à présenter", s’enthousiame-t-elle.

 

Le show continue. La cloche sonne minuit. Puis, Dj Khalzo lance : "Lui, on ne le présente plus. Il s’appelle Amadou Birane Mangane. Ce jeune musicien rappeur, Adviser, a marqué ses pas dans le monde musical avec une tendance musicale qui prend de l’ampleur en Mauritanie. Voici celui qu’on ne présente plus. Il a commencé son premier concert officiel lors du concert de B.O.B. au centre culturel français de Nouakchott en 1996. Voici : Adviser ! Adviser ! Adviser ! Il est dans son temps, dans sa génération".

 

Puis, enfin, apparaît sur le podium Adviser. Des cris s’échappent de la foule compacte. Micro à la main, il entonne le morceau "Mouhamadou (PSL)" qui ouvre son album. Puis, il enchaîne avec "Noir et Blanc", un morceau dans lequel il y invitera Thiédel Mbaye, Noura Mint Seymali et Hawa Djiméra qui ont prêté leurs voix dans ce morceau qui parle de métissage, d’unité et de réconciliation nationale.

 

Le moment est émotionnel. "Ce que les hommes politiques n’ont pas réussi à faire, les artistes sont en train de le faire en montrant qu’il y’a une véritable diversité culturelle en Mauritanie", s’écriera Dj Khalzo, à la fin du morceau.

 

Après un premier tour d’horizon moins vibrant, Adviser, qui affiche une sérénité nobélienne, sort la grosse artillerie pour entraîner ses fans qui criaient son nom. Adviser se met à l’honneur. Et revisite le répertoire de son nouvel album composé de 16 titres en plus d’un intro. Alors qu’il délivrait un concert à bout de souffle, la police est venue s’en mêler pour siffler la fin du spectacle. Ce qui n’a pas du tout plu aux admirateurs d’Adviser. La foule s’éclipse aussitôt.

 

Khalzo, fou de rage, s’empare du micro et balance : "On ne peut pas continuer à subir leur diktat. Si c’est ça qui va me mettre en prison, je suis prêt à y aller".

 

Adviser, lui, refusera de se prononcer sur la manière dont la soirée s’est terminée. "Tout ce que j’ai à dire, c’est que, sincèrement, je suis très content du public mauritanien. Peace and Love", a-t-il déclaré. Il faisait déjà 1h 30mn.

 

Reportage réalisé par Babacar Baye Ndiaye

Pour Cridem

Album-sans-nom-0484.JPGAlbum-sans-nom-0485.JPGAlbum-sans-nom-0486-copie-1.JPGAlbum-sans-nom-0501.JPGAlbum-sans-nom-0511.JPGAlbum-sans-nom-0489-copie-1.JPGAlbum-sans-nom-0510.JPGAlbum-sans-nom-0551.JPGAlbum-sans-nom-0530.JPGAlbum-sans-nom-0483.JPG

 

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Evenements-Concerts
commenter cet article