Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 18:52

yLe rappeur Youpi 4 Ever dit tout ce qu’il pense, dans un entretien paru dans le numéro 5 du magazine "Mauritanies 1" du 20 mai au 20 juin 2010, du Festival Assalamalekoum Festival International. Il n’y est pas avec le dos de la cuillère pour tacler Monza qui est l’initiateur de ce grand rendez-vous musical du pays.

 

Après Minen Tèye, Youpi 4 Ever vide son sac à son tour sur la place publique sans masques ni gants. Parce que tout simplement, il est l’un des fondateurs du mouvement Hip Hop en Mauritanie, donne-t-il, comme justification, pour critiquer sa mise à l’écart d’Assalamalekoum Festival International.

 

"Cette année, je n’y ai pas participé compte tenu du fait que j’ai été complètement ignoré par l’organisateur qui, d’ailleurs, fait beaucoup plus la part belle aux étrangers qu’aux mauritaniens. Je n’ai été ni de près ni de loin informé des tenants et des aboutissants de l’évènement", déplore Youpi 4 Ever.

 

Tout serait parti de la proposition faite par Monza à Youpi 4 Ever de se produire à l’ancienne maison des jeunes en soirée off et gratuite. Cette offre du président 2 la Rue Publik sera, par la suite, mal vue par Youpi 4 Ever qui souligne que toutes les grosses pointures étaient conviées à jouer au Centre Culturel Français de Nouakchott avec à la clé une entrée payante. Et, pourquoi pas lui.

 

"C’est ainsi que j’ai refusé de participer à cet évènement, rappelle-t-il, qui était une occasion de me nuire et me déstabiliser". Sous-entendu. "Je suis un artiste de principe, fondateur du mouvement et ce n’est pas cette farce qui m’arrêtera. Nous vivons une concurrence malsaine dans ce mouvement qui pourtant peut et doit s’épanouir plus et mieux si des esprits tordus ne l’enferment pas dans un cercle vicieux", a affirmé Youpi 4 Ever.

 

Il faut rappeler que Youpi 4 Ever est en train de se préparer pour la sortie de son prochain album "Man ak Yeen" c'est-à-dire "vous et moi" composé de 14 titres et où des rappeurs mauritaniens et sénégalais (Farafina et 5 KIEM Underground) vont participer. "Ce sera un album novateur tant dans les mélodies que dans le message", a-t-il promis. On attend de voir, nous aussi, pour apprécier !

 

Babacar Baye NDIAYE

©rimartculture.over-blog.net

Repost 0
Published by leducdejoal - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 22:04

Le chanteur d’origine mauritanienne Papis Kimmy qui vit, depuis quelques années, aux Etats-Unis d’Amérique se prépare activement pour la sortie de son nouvel album à Nouakchott. L’annonce a été faite par Cheikh Baby qui est son manager depuis 2002 et en même temps celui du groupe de rap B.O.B. dont les membres vivent actuellement en France.

 

D’ores et déjà, il est prévu, à l’ancienne maison des jeunes, un concert de Papis Kimmy, les 5 et 6 août prochains. Après "Mani Zani" sorti en 2001 et "Nibkhi Mauritanie" en 2003, Papis Kimmy marque son retour sur la scène musicale Hip Hop avec son nouvel album "Rich Useless Rappers" (RUR) au titre évocateur de son long parcours musical.

 

La dernière apparition sur la scène à Nouakchott de Papis Kimmy remonte à mi-novembre 2008 à l’ancienne maison des jeunes où il avait donné un grand concert époustouflant. Sauf que, cette fois-ci, Harouna Ould Baba alias Papis Kimmy, revient pour présenter son nouvel album très attendu par ses fans. Mais, surtout lever les suspicions sur l’intention qu’on lui prête de vouloir s’installer définitivement au pays de l’Oncle Sam.

 

"J’ai fait ce voyage pour élargir mes horizons et m’inspirer de la world music. Aujourd’hui, je reviens au pays avec beaucoup de nouvelles idées et plus que jamais animé par la ferme volonté de contribuer à l’épanouissement de l’art musical mauritanien par delà le développement global de mon peuple", avait-il déclaré à la fin de son concert de mi-novembre.

 

L’album "Rich Useless Rappers" qui fait la part belle à la Soul Music et au R'n'B est composé de 12 titres chantés dans un mélange d’Anglais et de Hassanya avec un zeste de Wolof, de Poular et de Soninké. Un véritable album d’ouverture !

 

Babacar Baye NDIAYE

©rimartculture.over-blog.net

 

 

Repost 0
Published by leducdejoal - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 21:15

k4Diddal Jaalal, Sabah Mint Boubou Jiddou, Aliya Mint Meydah et Issa Galorou Barry ont ramené de la Gambie, où ils étaient partis représentés la Mauritanie à la 7ième édition du Kanilai International Cultural Festival, un trophée collectif remis par le président Yaya Djammeh. Au programme de ce festival qui s’est déroulé à Kanilai qui est le village du Président Yaya Djammeh du 21 mai au 7 juin, il y’avait, entre autres artistes, Germaine Jackson, le frère du défunt roi légendaire de la pop, Michael Jackson, qui a donné un méga concert. 

 

Tous les participants qui viennent pour la plupart du Mali, la Guinée Bissau, de Mauritanie, de la Sierra Leone, du Burkina Faso, du Nigeria, de l’Afrique du Sud et de la Guinée Conakry ont reçu des mains du Président Yaya Djammeh des diplômes d’honneur.

 

La direction artistique de cette mosaïque musicale était assurée par Bâ Djibril Ngawa."Le mélange entre les différents aspects de la culture mauritanienne peut donner des fruits. Si, les artistes travaillent ensemble, ils peuvent beaucoup y gagner. Ce festival fait revivre les traditions. C’est un grand festival puisqu’il y’a une grande diversité des expressions culturelles. Le 7ième festival culturel international de Kanilai fut un grand moment de promotion de la musique mauritanienne", commente, de retour de la Gambie, Bâ Djibril Ngawa, président de l’Association Musicale Jaalal regrettant au passage que son association n’ait jamais été subventionnée alors qu’elle a beaucoup participé à l’essor de la musique surtout pastorale en dehors des frontières du pays.

 

Ce trophée qui a été décerné à Diddal Jaalal, Sabah Mint Jiddou, Aliya Mint Meydah et à Issa Galorou Barry sera officiellement remis à Cissé Mint Cheikh Ould Boide, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports.

 

Babacar Baye NDIAYE

Repost 0
Published by leducdejoal - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 19:12

Dendenni mint mounaLa Mauritanie participe à la 15° édition du "Microphone d'or" du festival de la chanson arabe organisée par l'Union des radios des Etats arabes (asbu). Une édition à laquelle prennent part une douzaine de pays. La Mauritanie y sera représentée par la jeune cantatrice Mouna Mint Dendeni, la star qui monte et dont les succès dépassent, désormais, nos frontières.

 

Mouna produira au cours de ce festival, la chanson (azimtou rahil qui signifie littéralement, "j'ai décidé de partir" dont les paroles sont signées Sidi Mohamed Ould Bamba (émir Echouara) et les arrangements par le maestro Louleid Ould Dendenni).

 

Choisie par le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports pour représenter la Mauritanie à cette grande manifestation, Mouna Mint Dendenni qui a déjà participé à la 14éme édition de ce concours en 2008 à Tunis, décrochant le Prix Spécial du Jury, s'était également distinguée lors de la 12éme édition du festival de la chanson arabe en 2009 à Casablanca (Maroc) en obtenant le premier prix de la chanson arabe.

 

Babacar Baye NDIAYE

Repost 0
Published by leducdejoal - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 14:48

Vêtir et instruire un enfant, telle est l’imitative que vient de lancer Khalzo et Cie (Abou Tagourla, Moussa Brahim Diagana et Djibril Diop). Dorénavant, Khalzo a avoué que ce n’est pas pour emboîter le pas aux associations ou Ongs qui s’activent dans les causes de l’enfance. "On ne le fait pas pour avoir quoi que ce soit. On n’attend rien en contrepartie par rapport à ce projet", a-t-il prévenu indiquant que le projet "vêtir et instruire un enfant" est avant tout un projet de solidarité.

 

"Ce n’est pas mon projet. C’est notre projet. S’il réussit, on réussit. S’il échoue, on échoue", dit-il. Outre la Mauritanie, il y’aura des collectes de vêtements aussi en France, Danemark, Belgique, Etats-Unis d’Amérique, Maroc et Espagne. Ce sont les villes de Nouakchott, Boghé et Kaédi qui ont été ciblées pour y distribuer ces vêtements dans un premier temps.

 

"Celui qui a un t-shirt, des pantalons…qu’il a envie de donner est le bienvenu", a lancé Khalzo invitant les mauritaniens à développer un esprit de partage et de solidarité. Le projet "vêtir et instruire un enfant" se veut pérenne. D’ailleurs, les initiateurs ne comptent pas s’en arrêter là. Ils prévoient, d’ici, la fin des vacances, une autre collecte mais qui sera, cette fois-ci, focalisée sur les fournitures scolaires. Il s’agira là, encore, de les redistribuer à ceux qui n’ont pas la possibilité de se payer des fournitures scolaires. "Vous qui pensez à ces enfants qui ne peuvent pas s’habiller comme les nôtres, donnez leurs la possibilité d’être heureux", a-t-il souligné.

 

"Le moment est venu de se soutenir les uns des autres et de sortir de cet égoïsme dans lequel on est plongés…Tout le monde se bat pour avoir du travail, pour s’en sortir et gagner de l’argent. La solidarité est quelque chose de très fondamentale et ce projet-là mérite d’être accompagné", dira, de son côté, Abou Tagourla. Il poursuit l’air grave : "Il est temps qu’on agisse…qu’on pense aux autres, aux démunis."

 

De son côté, Moussa Brahim Diagana a rappelé que le projet "Vêtir et instruire un enfant" est une démarche qui traduit une volonté de donner aux enfants pauvres du pays la possibilité d’être heureux et de ne pas être le maillon faible de la société.

 

"On est en train de perdre une jeunesse. Je suis en train de me demander comment sera la Mauritanie d’ici 20 ans si tous les enfants se retrouvent dans la rue. Il est temps qu’on agisse en faveur des enfants pauvres du pays", a-t-il déclaré.

 

A l’avenir, Khalzo et Cie comptent s’associer à des artistes musiciens locaux pour organiser des concerts. Dans le même ordre d’idées, ils envisagent d’organiser des ventes aux enchères, en collaboration avec des artistes peintres mauritaniens, en vue de collecter des fonds destinés à l’achat de vêtements pour tous les enfants pauvres de la Mauritanie.

 

Babacar Baye NDIAYE

Repost 0
Published by leducdejoal - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 15:38

Cun-Mc.jpg 

Il n’a été nulle part aperçu l’ombre de la Ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports Cissé Mint Cheikh Ould Boide sur les différents lieux de manifestations de la fête de la musique du 21 juin 2010 ni entendu que son département aurait soutenu une quelconque démarche dans ce sens. Tout bonnement, Cissé Mint Cheikh Ould Boide qui a peut-être ses raisons a zappé la fête de la musique.

 

L’absence ou la faible implication des pouvoirs publics, à travers le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, a largement pesé sur la célébration de la fête de musique. Cette année encore, comme à l’accoutumée (mais jusqu’à quand ?), le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports a snobé la fête de la musique qu’il était sensé renforcer l’enthousiasme auprès du public. Loin de là. Toujours et encore, ce ministère continue à cultiver une image de mépris, à la limite révulsant, au sujet de la fête de la musique. Le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, faut-il le dire, n’a jamais pensé redresser la barre.

 

Comment un département de la Culture peut-il, ne pas être à la mesure, d’organiser une (sa) fête de la musique ? Cela donne une envie de vociférer tellement que c’est hallucinant et révoltant. Ou alors, doit-on croire à celui qui pense que malheureusement, ce n’est pas dans la culture mauritanienne de soutenir tout ce qui est culturel ou artistique.

 

Comment un ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports peut-il être incapable de prévoir un budget spécial pour la fête de la musique pour en faire profiter à tout le monde et surtout permettre aux artistes de donner de la voix ? Comment aussi une ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports peut-elle s’exclamer et dire qu’elle n’a pas de l’argent à donner au sujet de la fête de la musique ?

 

Sous couvert d’anonymat, quelqu’un qui était parti sollicité son appui avoue que Cissé Mint Cheikh Ould Boide lui aurait dit qu’"elle n’a pas de moyens mais par contre, elle peut mettre à leur disposition tout ce qui est autorisation."

 

La fête de la musique version mauritanienne aurait accouché d’une souris si le président de la Communauté Urbaine de Nouakchott n’avait pas mis la main dans la poche pour soutenir le REMEDE et Rap RIM Connexion qui ont décidé d’organiser la fête de la musique. C’est un secret de polichinelle, Ahmed Ould Hamza, malgré ses moyens très limités, essaie tant bien que mal de contenter tout le monde. Sa générosité, sa disponibilité et son implication ont valu aujourd’hui à la Culture et aux Arts de se requinquer.

 

Contrairement à Cissé Mint Cheikh Boide, Ahmed Ould Hamza ne s’est pas privé de se rendre sur les lieux des manifestations et de se dissoudre dans le public. Cela nous réconforte au moins de savoir qu’il y’a quelqu’un qui aide les artistes.

 

Babacar Baye NDIAYE

Repost 0
Published by leducdejoal - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 17:10

Mardi 15 juin, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique Mark Boulware a signé, avec le directeur de la Fondation Nationale pour la Sauvegarde des Villes Anciennes, un accord de financement qui a pour objectif la restauration du minaret de la mosquée principale de la ville historique de Tichitt. Cette action s’inscrit dans le cadre du soutien des Etats-Unis d’Amérique dans le domaine de la préservation du patrimoine culturel de la Mauritanie.

 

Le Musée National de Nouakchott et la Maison des Artisans à Sellibaby ont déjà bénéficié de ce financement du Fonds des Ambassadeurs pour la Préservation du Patrimoine Culture qui est un programme dans lequel plusieurs ambassades américaines à travers le monde postulent pour obtenir des fonds afin de financer divers projets à vocation culturelle.

 

Mark Boulware espère que la restauration du minaret de la mosquée de Tichitt puisse permettre de pérenniser la riche tradition de cette ville antique qui représente un site important du patrimoine culturel mondial. "Nous voulons à travers cette modeste contribution promouvoir la grande expertise des artisans de Tichitt qui ont acquis un savoir-faire incommensurable dans le domaine de l’architecture traditionnelle et les encourager à transférer leurs connaissances aux générations futures en formant des jeunes de la ville dans ce domaine", a-t-il ajouté, soulignant au passage la nécessité de préserver le patrimoine culturel de Tichitt connu pour avoir été "un point de rencontre entre de nombreuses communautés et un centre de grande renommée dans le domaine de l’enseignement islamique à partir du 12ième siècle".

 

Sur une note d’optimisme, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique a souhaité que la restauration de cette mosquée ait un impact positif sur les relations entre la Mauritanie et son pays qu’il espère continuer à se développer et à se concrétiser.

 

Babacar Baye NDIAYE

Repost 0
Published by leducdejoal - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 18:00

MONZAAprès l’échappée belle d’Assalamalekoum Festival International qui vient de boucler sa troisième édition, Monza le président 2 la rue publik crée Aleikoum Salam Festival qui pourrait connaitre le même succès. On imaginait qu’il serait difficile pour Monza, après le triomphe, aussi inattendu que mérité, remporté avec Assalamalekoum Festival International de reproduire la prouesse.

 

"Depuis la deuxième édition d’Assalamalekoum Festival International, j’avais pensé faire une extension du festival pour y inclure justement d’autres formes d’expressions artistiques. J’ai pensé notamment aux arts visuels comme les arts plastiques, la photographie, l’illustration, les dessins, la vidéo", explique Monza.

 

Celui-ci a indiqué qu’Aleikoum Salam Festival sera un prolongement d’Assalamalekoum Festival International pour ainsi permettre une ouverture et un élargissement du champ d’action et des vecteurs d’échange entre les artistes et les styles de musiques. Aleikoum Salam Festival mettra l’accent sur les arts visuels et les musiques actuelles.

 

"J’aime aussi, de la même manière que je l’ai fait avec le rap, promouvoir la culture mauritanienne à travers d’autres styles de musiques", a-t-il affirmé en indiquant déjà qu’il a eu des contacts dans ce sens avec des artistes comme Dimi Mint Abba, Noura Mint Seymali, Dioba, Papis Koné alias Maxi P ou des groupes de musique comme Walfadjiri ou Baguiss. "J’aimerai mettre en place une tribune où tous ces artistes-là peuvent s’exprimer et rencontrer d’autres artistes comme entre autres Salif Kéita, Césaria Evora, Manu Dibango", précise Monza.

 

Aleikoum Salam Festival est prévu au courant de l’année 2011. Et, Monza a voulu également rassurer ceux qui seraient tentés de penser (dont moi !) qu’Aleikoum Salam Festival est un prétexte pour récupérer Assalamalekoum Festival International. A ce sujet, il a mis les points sur les i en précisant qu’Assalamalekoum Festival International n’est point accaparé par le Centre Culturel Français de Nouakchott.

 

"Assalamalekoum Festival International, je le répète, n’est ni accaparé par le CCF de Nouakchott ni par quelqu’un d’autre. Assalamalekoum Festival International est certes fait au CCF qui est le premier souteneur et coorganisateur de l’évènement. Il faut rappeler que c’est le CCF qui était là dès le début. Assalamalekoum Festival International a des partenaires comme Cultures France qui, depuis deux ans, assure le cachet des artistes internationaux, l’Ambassade d’Espagne qui assure la communication…Le CCF est plus que partenaire d’Assalamalekoum Festival International. Non seulement, il accueille l’évènement mais aussi assure toute la logistique. De tous les partenaires qu’on a eus, le CCF est le plus présent", commente Monza.

 

Babacar Baye NDIAYE

Repost 0
Published by leducdejoal - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 17:32

abouthioubalo2L’artiste sénégalais Abou Thiouballo et son groupe "Solution" n’auront pas réussi à faire mieux que leur compatriote Carlou D qui avait drainé un monde fou le 8 avril dernier. En concert à l’ancienne maison des jeunes de Nouakchott, ce jeudi 10 juin 2010, Abou Thiouballo, une des grandes révélations de la musique sénégalaise en 2009, a peiné à remplir la salle.

 

Jusqu’à 1heure du matin, ceux qui l’ont amené à savoir Fedde Timtimol Maje Dendi de Wending étaient au comble de l’inquiétude. Du coup, ils étaient obligés de retarder le début de la soirée pour remplir la salle. Rien n’y fit. Les organisateurs, face à l’attente du public de plus en plus insupportable, se sont résignés à sortir Abou Thiouballo des loges pour qu’il démarre la soirée qui a commencé vers 2h 30 et s’est terminée aux environs de 3h 30.

 

Le lendemain, également, au stade de Ksar, ce n’était pas non plus le grand rush du public. Sa venue à Nouakchott qui était annoncée avec tambour et trompette n’a pas grandement suscité une grande curiosité de la part des Nouakchotois. 

 

Babacar Baye NDIAYE

Repost 0
Published by leducdejoal - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 17:15

SAM 0339Le promoteur de spectacles mauritanien Mamadou Sakho s’est dit satisfait du concert humanitaire pour le lancement de la "Tournée Mauritanie Culture Tours" qu’il a organisé samedi 1ier mai 2010 au stade Ksar.

 

Mamadou Sakho a soutenu qu’il veut sortir des sentiers battus pour inscrire dorénavant son action dans la promotion des artistes mauritaniens à l’échelle africaine et internationale. Après la réussite du concert humanitaire du 1ier mai dernier, il compte poursuivre cette action pour la solidarité dont l’entrée était 1kg de riz distribué ainsi que les bénéfices reversés aux nécessiteux des quartiers périphériques de Nouakchott comme Arafat, PK, les squats du 5ième et 6ième arrondissement.

 

L’engouement que ce concert humanitaire a suscité chez les mauritaniens a poussé Mamadou Sakho et l’équipe qui l’a soutenu (Dj Paco, Houlèye Kane, Hawa Ba et Denise Diabira) a décrété que, désormais, tous les 1ier mai seront organisés un concert humanitaire à Nouakchott pour venir en aide aux populations.

 

Mauritanie Culture Tours est un projet ambitieux. Dans ce sens, d’ailleurs, il est prévu des concerts culturels un peu partout où réside une communauté mauritanienne comme par exemple Bamako, Abidjan, Paris, Etats-Unis d’Amérique.

 

Il a enfin précisé que ce projet qui se veut fédérateur et ouvert à tout le monde est d’une part une réponse aux préoccupations des populations et une volonté d’aider les artistes mauritaniens à se produire dans les pays de la sous-région, en Europe et aux Etats-Unis d’Amérique à travers un festival itinérant.

 

La prochaine étape de la "Tournée Mauritanie Culture Tours" sera Dakar. D’ores et déjà, le ministère sénégalais de la Culture a accepté de parrainer l’évènement et a promis de remettre, en guise de participation, à Sakam Productions qui pilote l’évènement une enveloppe financière de 500.000 FCFA. Il est prévu, à cette occasion, la prestation de musiciens mauritaniens, des expositions faites par des artistes peintres d’origine mauritanienne et un grand défilé traditionnel avec l’appui de plusieurs musiciens sénégalais.

 

Initialement prévue le 3 juillet 2010, l’évènement "La Mauritanie à Sorano" a été reporté à une date sine die car la salle de spectacles du Théâtre Daniel Sorano où il devait avoir lieu est actuellement mis à la disposition du comité d’organisation du FESMAN. Ainsi, Sakam Productions envisage d’organiser l’évènement au CICES. 

 

Enfin, Mamadou Sakho a tenu à remercier le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Ahmed Ould Hamza, président de la Communauté Urbaine de Nouakchott, Cheikh Ould Geraby maire de la commune de Ksar, Mauritanie Airways, la directrice de Dava Web Tv, la Mairie de Tévragh-Zéina, le Centre Culturel Français de Nouakchott, la TVM Plus, CRIDEM, Hotel Halima, Ets Vadel et Frères, la presse écrite et tous les musiciens qui ont cru à ce projet.

 

Il a aussi appelé les entreprises téléphoniques comme Mattel, Chinguitel et Mauritel à s’impliquer davantage dans ce projet social et culturel qui s’inscrit dans le sillage d’Assalamalekoum Festival International et du Festival International des Musiques Nomades.

 

Babacar Baye NDIAYE

 

Repost 0
Published by ducdejoal - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article