Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 17:18

EwladelebladeLe célèbre groupe de rap Ewlade Leblade a déposé dimanche une plainte au CPJ (Commissariat de police judiciaire) à Tévragh-Zéina contre la direction de la chaine de télévision privée Chinguetti TV. Il est reproché à cette télévision privée qui émet à partir de l’extérieur d’avoir diffusé illégalement leur clip, Mauritanie ardou el karam.

"Nous n’avions jamais signé un contrat de diffusion avec Chinguetti TV ni donné une autorisation de diffusion", a affirmé à Cridem, l’un des membres du groupe, Izaak Ice.

Ewlade Leblade reproche également à Chinguetti TV de s’être permis quelques montages sur leur clip fait avec feue Dimi Mint Abba. "C’est un crime", s’est indigné Izaak Ice.

La chanson, Mauritanie ardou el karam, figure dans le deuxième album d’Ewlade Leblade intitulé Adi sorti en avril 2012.

Babacar Baye Ndiaye

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 22:01

Le 13 décembre prochain, Samba Pam soufflera 12 bougies à l’occasion de la célébration de ses 12 ans de scènes qui se déroulera à la Case de Nouakchott, sous le parrainage d’Ahmed Ould Hamza, président de la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN).

Samba Pam est actuellement animateur à la Télévision du Sahel (TV Sahel) où il produit et présente Dingiral Men, une émission culturelle où des célébrités comme Amadou Tamba Diop, Sidi Baïlel Thiam sont déjà invitées. Il trône parmi les animateurs qui renflouent les scènes de Nouakchott.  Invité de la septième édition du Festival "Les Blues du Fleuve", une manifestation culturelle internationale dont le promoteur est l’artiste Sénégalais Baba Maal, lead vocal du groupe "Le Dandé Léñiol", il marque à fers rouges le public par sa prestation.

Côté management, Samba Pam a travaillé avec Ousmane Gangué et depuis sa séparation avec ce dernier en 2010, il est devenu le manager de Saidou Nourou Gaye, l’artiste qui est en train d’exploser sur les scènes à Nouakchott.

On sait qu’il a été également le Coordinateur de la première édition du Festival de la Quinzaine des Arts. Il est actuellement le vice-président de l’Association des Groupes Musiciens de Mauritanie (AGGM) et par ailleurs, membre du Bureau Mauritanien pour la Promotion de la Musique et chargé d’organisation du Feddé Tijaani Anne en Mauritanie.

La célébration de ses 12 ans de scènes placée sous le signe de la musique au service du rapprochement des peuples sera notamment marquée par la prestation de plusieurs artistes.

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

SAM-PAM.jpg

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 20:30

traversees-mauritanides1.jpgL’association Traversées Mauritanides organise la 3ème édition de ses Rencontres Littéraires Internationales sous le thème « Ecrits et cris » du 9 au 19 décembre.

A Nouakchott, du 9 au 14 décembre, se dérouleront à l’Institut français de Mauritanie, l’Alliance franco-mauritanienne, la Commission de l’UNESCO, l’Espace Culturel Diadié Camara, l’Université et au Village de la Biodiversité rencontres, spectacles, ateliers d’écriture et autres festivités littéraires.

Des écrivains prestigieux, venus de plusieurs horizons seront là. Il s’agit des Sénégalais Ken Bugul et Felwine Sarr, de l’Algérien Amin Zaoui, du Franco-togolais Sami Tchak, de la Belge Geneviève Damas, du Tchadien Noël Djékéry. Sans oublier la présence des Mauritaniens Abdoul Ali War, Djibril Sall, Beyrouk, Mamoudou Lamine Kane, Abdel Kader Mohamed, Jemal Oumar, Harouna Rachid Ly, Mohamedou Hdana et Sidi Nemjad. Ces plumes seront là à des tables-rondes, des face-à-face, des rencontres-découvertes pendant lesquelles vous pourrez venir discuter, écouter, vous émouvoir et échanger sur leurs cris en littérature.

Nous accueillerons également la comédienne Marie Ruggeri qui nous présentera son spectacle "Louise Michel - écrits et cris" (dimanche 9/12), mais aussi Bernard Magnier, directeur de la collection "Lettres africaines" aux éditions Actes Sud, ainsi que la cinéaste Françoise Dexmier.

Les grands moments de ces rencontres seront les différentes tables-rondes sur les écritures en arabe et en dialectes arabes (lundi 10/12), la littérature du cri et de l’espoir (mardi 11/12), les Mauritanides d’Habib Ould Mahfoudh (mercredi 12/12) et le cri au théâtre et en littérature (jeudi 13/12).

Les auteurs seront mobiles toute la semaine. Ils se rendront dans plusieurs établissements scolaires pour y rencontrer les élèves. La journée du mercredi 12 décembre se déroulera entièrement à l’Université (Faculté des Lettres). Les Génies en herbe (Epelle-moi/ Super Crack), le vendredi 14 décembre au Village de la Biodiversité, lanceront leur grand concours annuel. Des spectacles de théâtre, de lecture, de slam et de poésie, viendront ouvrir, ponctuer et refermer cette 3ème édition qui sera pleine de surprises !

A Kaédi, les 18 et 19 décembre, Abdoul Ali War, Mahjoub Boye, Mamoudou Lamine Kane et Jemal Oumar iront animer de leurs talents des tables-rondes consacrées aux écrivains du Gorgol, à la diversité culturelle et à l’unité nationale.

Le festival traversera la Mauritanie, ira à votre rencontre pour vous faire entendre les voix, entre murmures et cris, des grandes plumes étrangères et mauritaniennes contemporaines. Qu’on se le dise, les muets seront entendus !

Communiqué en date du 2 décembre 2012

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 18:52

abou-fall.jpgA L’occasion du cinquante deuxième anniversaire de l'indépendance de notre pays, du vingt deuxième anniversaire  des 28 militaires Négro-Mauritaniens  pendus en 1990 par leurs frères d’arme, du premier anniversaire de la blessure d'Abou fall, membre du groupe de rap Habobé Bassal, nous vous rappelons qu'il fait une année qu’il est en Europe pour finir ses soins.

Lors de notre marche autorisée du 28 novembre 2011 qui était organisée par le mouvement  "Touche  pas à ma nationalité" pour rendre hommage aux victimes de la pendaisons d'Inal, Abou Fall a été sauvagement blessé.

Les policiers ont usé de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants qui se dirigeaient vers la Présidence de la République. Dans la foulée, Abou Fall qui se situait au premier rang des manifestants a reçu une blessure grave en perdant deux doigts  de sa main gauche virulemment déchiquetée par une grenade lacrymogène tirée à bout portant par des policiers.

C’est pour nous l’occasion de commémorer les martyrs d’inal et rappeler le cas d’abou fall qui a été lâchement blessé par la police raciste. Abou Fall toujours en soins en Europe demande que la justice soit faite

Yaya Diallo, manager du groupe Haboobe Baasal

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 18:30

festival unite nationaleLa troisième édition du Festival culturel pour l’unité nationale, initialement prévue du 6 au 8 décembre, a été reportée au 27, 28 et 29 décembre 2012, a annoncé mercredi à l’après-midi son initiateur Baby Sarr. Ce dernier a expliqué ce report par le manque de ressources financières.

"Les moyens ne sont pas suffisants pour couvrir les charges. Les promesses que nous avions eues  ne sont pas encore tombées et vu l’expérience que nous avons eue l’année passée, nous avons décidé de ce report pour mieux faire", a déclaré Baby Sarr.

Lancé en 2010, le Festival culturel pour l’unité national a pour objectif de montrer la richesse et l’évolution du patrimoine culturel mauritanien et de développer l’esprit d’échanges et de rapprochement entre les différentes communautés du pays.

Pour sa troisième édition, c’est le thème "Notre unité nationale : parlons-en" qui a été choisi. A cet effet, les organisateurs  mettront en évidence un pan méconnu des traditions du pays, la coiffure.

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 20:07

Khalil-Ould-Elmehdih-Ould-Jayid-.jpg

Les organisateurs du Festival international des personnes handicapées méritaient mieux que ce comportement de Khalil Ould Elmehdih Ould Jayid, secrétaire général du ministère de la culture, de la jeunesse et des sports.

En effet, dimanche, lors de la cérémonie d’ouverture de la deuxième édition de Handifestival, il a quitté illico presto, après son allocution, la salle de l’ancienne maison des jeunes de Nouakchott sans même attendre l’entame de la prestation des délégations étrangères.

Son attitude a créé une onde de choc chez les organisateurs du Festival international des personnes handicapées. Ces derniers n’y sont pas allés par quatre chemins pour exprimer leur étonnement. Pour Mohamed Camara, Khalil Ould Elmehdih Ould Jayid et ceux qui l’accompagnaient auraient pu faire l’économie de ce comportement.

"Tout le monde a constaté que les officiels n’ont pas attendu la prestation des délégations. C’est un acte qui nous a profondément touchés et j’espère qu’il ne se reproduira plus dans l’avenir", s’est indigné Mohamed Camara, organisateur du Festival international des personnes handicapés qui réunit des pays comme la Tunisie, l’Algérie, le Togo, la Gambie et le Sénégal.

Khalil Ould Elmehdih Ould Jayid était accompagné, entre autres, du secrétaire général du Ministère de l’Action Sociale, de l’Enfance et de la Famille. Cette deuxième édition du Festival international des personnes handicapées est parrainée par Mohamed Ould Abdel Aziz.

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 18:18

Festiva Walo MuzikL’Association pour la Promotion Culturelle et l’Encadrement de la Jeunesse (YA SALAM PRODUCTION) organise du 28 au 30 novembre 2012, la troisième édition du Festival Walo Musik à Rosso chef lieu du Trarza en partenariat avec la commune de Rosso, placé sous le thème «l’accès à l’eau potable est un droit fondamental.».

L'organisation de ce Festival aide à renforcer l'esprit de solidarité, de fraternité et d'entente entre les peuples par l'élargissement de ce volet économique aux secteurs de la culture et de touristique et permettre un brassage entre les peuples riverains. Ainsi cette volonté politique est de renforcée à travers le dialogue des cultures et la valorisation des éléments du patrimoine artistique et  culturel.

Le présent projet serait une zone de libre échange artistique et culturelle, tribune d'échanges entre amateurs, professionnels et publics, représentée par la ville de Rosso qui regroupe une population composite métissée par l’histoire et la géographie  vivant en harmonie dans la plus grande convivialité et la notoriété de l'art.

Cet évènement dans sa troisième édition permettra à la jeunesse de prendre conscience de l'art qui reste une source d'initiation par excellence.

festivalwalomusik@yahoo.fr

asso_apcej@yahoo.fr

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 23:55

traversees mauritanides logo

La troisième édition de Traversées Mauritanides aura lieu du 9 au 14 décembre 2012 à Nouakchott et les 18 et 19 décembre à Kaédi. Et comme à chaque édition, et en partenariat avec l’AF de Nouakchott, des ateliers d’écriture sont organisés à l’attention de ceux qui écrivent déjà ou en ont l’ambition. En 3 jours (Dimanche 9, lundi 10 et vendredi 14 décembre de 9h à 12h30 à l’Alliance française de Nouakchott), ils pourront bénéficier des conseils avisés d’un écrivain confirmé, ayant à son actif plusieurs livres et expériences de formation en la matière. Cette année les ateliers seront animés par l’écrivain Franco-togolais Sami Tchak.

Inscriptions : 44 51 64 55 - traverseesmauritanides@gmail.com

Merci de diffuser largement ce message à tous ceux qui seraient susceptibles d'être intéressés par ces ateliers d'écriture.

Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire rapidement avant le dimanche 2 décembre 2012

L’auteur

Sami Tchak, franco-togolais est auteur de romans et d’essais dans lesquels il s’interroge sur l’humain aujourd’hui, la place des femmes dans les sociétés et des marginaux. Il a obtenu en 2004 le Grand prix littéraire d’Afrique noire pour l’ensemble de son œuvre.

Publications

Romans:

  • Femme infidèle, NEA 1988
  • Place des Fêtes, 2001, Paris, Gallimard (traduit en allemand et en espagnol)
  • Hermina, 2003, Paris, Gallimard
  • La Fête des masques, 2004, Paris, Gallimard (traduit en italien)
  • Le Paradis des chiots, 2006, Paris, Mercure de France / Prix Ahmadou Kourouma
  • Filles de Mexico, 2008, Mercure de France
  • Al Capone le Malien, 2011, Mercure de France

Essais :

  • La Sexualité féminine en Afrique, 1999, Paris, L’Harmattan
  • La Prostitution à Cuba, 1999, Paris, L’Harmattan
  • L’Afrique à l’épreuve du sida, 2000, Paris, L’Harmattan
Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 02:11

Cheikhaidara.JPG

Le secrétaire général d’Arterial Network Mauritanie, Cheikh Aïdara, a cité mercredi à l’après-midi, à Dakar, le Festival Assalamalekoum et Nouakshort Films (Ex-SENAF) comme des exemples de libération de l’énergie créative en Mauritanie.

Le secrétaire général d’Arterial Network Mauritanie a néanmoins affirmé que la Mauritanie, malgré sa richesse culturelle, elle-même tirée de sa diversité ethnique, linguistique et historique, continuait à accorder peu de place à la créativité, faisant du domaine des Arts et de la Culture le parent pauvre de ses politiques de développement.

"L’Etat continue de s’ériger en promoteur culturel, laissant peu de place aux acteurs privés, finançant et organisant lui-même ses propres festivals, comme le Festival annuel des villes anciennes, le Festival sur la diversité culturelle, le festival des villes tout au long de l’année...", a déclaré M. Aïdara lors de l’ouverture de la deuxième conférence sur l’économie créative.

"Cette mainmise étatique dans le champ culturel, en plus du peu d’intérêt accordé aux initiatives individuelles, freine encore l’émergence d’une véritable industrie créative en Mauritanie. D’ailleurs, contrairement à plusieurs pays du monde et d’Afrique, comme le Sénégal, la culture est encore considérée par les institutions financières et les hommes d’affaires au niveau national, comme un secteur improductif", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général d’Arterial Network Mauritanie a évoqué des exemples démontrant que le marché de l’art et de la culture est créateur d’emplois et de revenus, comme il participe au rayonnement du pays et à son développement socioéconomique. Mais, " la culture en Mauritanie, comme d’ailleurs dans la plupart des pays d’Afrique, reste une activité purement informelle, ne bénéficiant ni de l’appui institutionnel nécessaire à son épanouissement, ni des financements utiles à son essor", a souligné Cheikh Aïdara.

Il s’est félicité cependant de l’émergence d’acteurs culturels malgré cette conjoncture, en citant les exemples de Kane Limam dit Monza du Festival Assalamalekoum et d’Abderrahmane Ahmed Salem de Nouakshort Films.  "Aujourd’hui, les opérateurs culturels mauritaniens ont plus que jamais besoin de l’appui de leurs décideurs politiques", a déclaré M. Aïdara, tout en plaidant en faveur de l’émergence institutionnelle d’une véritable industrie créative en Mauritanie.

Babacar Baye Ndiaye

 

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 01:47

soya1-1226.JPG

Le ministre Sénégalais de la Culture, Abdoul Aziz Mbaye, a ouvert mercredi, à l’après-midi, à Dakar, la deuxième conférence internationale d’Arterial Network sur l’économie créative en présence d’une centaine de délégués venus de 45 pays d’Afrique dont la Mauritanie.

"L’économie créative en Afrique a de plus en plus besoin d’une mise ne place d’un cadre législatif favorisant l’entreprenariat culturel", a affirmé la ghanéenne Korkor Amarteifio, présidente d’Arterial Network, à l’ouverture de la rencontre.

Après Nairobi au Kenya en 2011, c’est au tour de la capitale sénégalaise d’accueillir la deuxième conférence d’Arterial Network sur l’économie créative en Afrique en partenariat avec Artérial Network Mauritanie.

Cette rencontre se tient dans un contexte de plus en plus marqué par l’absence notoire d’une véritable politique culturelle en Afrique en ce qui concerne notamment l’économie liée à la culture et aux arts.

"L’art et la culture sont l’héritage de demain", a martelé de son côté la tunisienne Oufa Belgacem, secrétaire générale d’Arterial Network, qui invite également "les pays africains à considérer sérieusement la question de l’économie créative et industrielle".

Un appel partagé par le ministre sénégalais de la Culture. "Il faut nous départir de nos intentions pour mettre en place une véritable économie créative et industrielle pour assurer la survie de nos artistes", a dit Abdoul Aziz Mbaye.

Déjà, en 2008, le Sénégal montrait l’exemple à suivre en votant une loi sur le droit d’auteur et les droits voisins. "Peu de fois, on a été au fonds des choses. Les artistes ne sont pas différents des autres agents de l’économie. Il faut que l’économie créative soit structurée afin que tout le monde y trouve son compte", a souligné M. Mbaye.

Arterial Network, qui défend la diversité culturelle, est convaincu que le secteur culturel est porteur de créations d’emploi et de richesse pour les Etats africains. "La culture africaine doit être transformée en un produit vendable, durable et diversifié à travers le monde",  a déclaré Ousmane Faye, président d’ADAFEST/Arterial Network.

Arriver à harmoniser les besoins de structuration, telle est l’ambition de plus en plus affirmée d’Arterial Network en matière d’économie créative, avec comme mot d’ordre, rapprocher les différentes politiques culturelles des Etats africains. Par rapport à ce point, le ministre sénégalais a promis de saisir ses collègues des autres pays membres du réseau d’Artérial Network.

Babacar Baye Ndiaye

soya1-1223.JPGsoya1-1222.JPGsoya1-1209.JPGsoya1-1220.JPGsoya1-1212.JPG

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article