Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 15:16

yero.jpgDe plus en plus, des voix d’artistes s’élèvent pour demander à l’Etat de structurer la musique mauritanienne en mettant en place une structure chargée de protéger la propriété et la création littéraire et artistique qui a fait défaut jusqu’ici. Une situation qui expliquerait l’état actuel de la musique mauritanienne.

 

"Le milieu de la musique est désorganisé. Les œuvres des artistes ne sont pas protégées. C’est un souci pour tous les artistes mauritaniens. Les artistes travaillent dans le désordre total. C’est confus", affirme Yéro Abdoul Sow. "C’est l’Etat qui devait se charger de structurer la musique mauritanienne", a insisté ce rappeur du groupe Minen Tèye.

 

En Mauritanie, très peu d’artistes sont protégés. Les œuvres musicales de ceux-ci sont souvent gérées et protégées par des organismes comme la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de musique (S.a.c.e.m.) ou le Bureau Sénégalais des Droits d’Auteur (B.s.d.a.).

 

Il faut rappeler que la Mauritanie est membre de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (O.m.p.i.) et de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (O.a.p.i.) et également signataire de la Convention de Paris sur la protection de la propriété intellectuelle. Mais, jusqu’à présent, il n’existe pas de législation spécifique au droit d’auteur mais il est fait application de la loi française du 11 mars 1957 portant sur la propriété littéraire et artistique.

 

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans RapRim
commenter cet article

commentaires

Ba samba 28/06/2011 11:09



Oui, tout ca est un peu vrai mais, il faut le dire aussi, nous n'en faisons pas assez au nom de la societe civile pour faire un minimum. Une bonne organisation en reseaux solides et credibles
pourraient nous aider ne serait-ce qu'a faire entendre de la voix! L'etat ne peut pas tout faire ! Il reste vrai cependant que des espaces (centres culturels, maisons des jeunes...)et des
structures de formation (ecole des beaux arts...) restent du seul ressort de l'Etat mais cela ne pourrait etre obtenu que par une structuration forte de tous les artistes. A cet effet je me
rejouis de l'entree de la Mauritanie a Arterial Network. J'en profite pour vous annoncer la bonne nouvelle de la tenue prochaine a Nouakchott, d'un Festival culturel dedie a l'Unite nationale .