Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 20:02

Hajjar-SyDu 8 au 24 juin 2010, Mona Hajjar et Fatou Sy exposent leurs œuvres au Musée National de Nouakchott. L’une est d’origine libanaise et l’autre sénégalaise. Toutes les deux n’en sont pas à leur première exposition en Mauritanie. Fatou Sy a déjà exposé au Centre Culturel Français Antoine Saint-Exupéry de Nouakchott à deux reprises en 2004 et 2005. Et, pour Mona Hajjar, c’est la deuxième fois que cette mauritanienne de cœur expose au musée national de Nouakchott. 

 

Mona Hajjar vit en Mauritanie depuis 25 ans et est pharmacienne de formation. "Mais, j’ai toujours aimé la peinture. Depuis quelques années, j’ai arrêté de travailler. Je peins essentiellement. La plupart du temps, je le passe à peindre. C’est un vrai plaisir de pouvoir exposer au musée national. Il y’a beaucoup de gens qui passent et cela permet une large ouverture. Cela permet également à tout le monde de pouvoir voir mes œuvres", dit-elle avec un brin de sourire.

 

Ses toiles vous invitent à découvrir l’empreinte intemporelle de la culture mauritanienne à travers la monotonie d’un urbanisme monochrome, le ballet doré de charrettes et d’ânes attelés dociles sous le bâton levé et les pieds balancés des charretiers, les marchés ambulants de moutons apeurés avant la fête, objets d’âpres négociations, l’animation bariolée autour des pirogues dans les reflets miroitants de l’océan, l’ambiance tamisée autour du thé à l’ombre de la khaima et enfin la chorégraphie de pieds, tantôt bijoux sous la fluidité des voiles, tantôt en marche dans la lumière réfléchie du sable brûlant.

 

"Je reste fascinée par les traces de ces pas nomades et la luminosité de ces scènes de vie, mémoire d’un passé nomade. La Mauritanie est un pays fascinant. Tout en Mauritanie me fascine. Je suis très heureuse de vivre ici. Toute mon œuvre montre combien je suis heureuse ", explique Mona Hajjar.

 

Au fur et à mesure que l’on promène son regard sur ses œuvres, on découvre des couleurs gaies et apaisantes qui montrent toute l’admiration qu’elle porte sur son environnement. Dans les tableaux de Mona Hajjar, on y retrouve toute la Mauritanie : la mer, les charrettes, le marché au bétail, le marché du 5ième arrondissement, la mosquée marocaine mais aussi les pieds de ces hommes et de ces femmes qui s’en vont dans le désert. "On a l’impression de se promener dans la ville de Nouakchott", confie un visiteur.

 

Le regard du visiteur est irrésistiblement attiré aussi par les poteries de Fatou Sy qui vit en Mauritanie depuis neuf ans et est l’épouse de l’actuel ambassadeur du Sénégal en Mauritanie. Cette fois-ci, elle nous invite à découvrir les poteries de son Podor natal. "Les poteries viennent de Podor où je suis originaire. Elles sont fabriquées par les femmes de cette ville. Moi, j’interviens là-dessus : je les travaille et mets de la peinture. Cette fois-ci, j’ai travaillé avec les voiles et j’applique aussi les bois Baoulé".

 

Dans un discours qu’il a prononcé, Kane Hadya Mamadou, directeur général de l’Office National des Musées, a rappelé que le musée national a pour mission de protéger, valoriser et mettre à la disposition du public notre culture, notre art et notre patrimoine. "Je ne pourrais pas citer tous les avantages de la culture, a-t-il dit. Je dirai tout simplement qu’elle est un élément indispensable à la qualité de vie, qu’elle est un levier de développement économique et social et qu’elle doit être accessible à tous en tous points du territoire."

 

Le directeur général de l’Office National des Musées a profité de cette occasion pour demander à nos maires, hommes et femmes industriels, aux directeurs des grandes sociétés, aux directeurs des banques de créer des musés spécialisés sur leurs domaines d’activités pour rehausser le niveau intellectuel et le bien-être de nos populations, créer l’esprit de mécénat, créer des industries respectueuses de l’environnement et protéger notre patrimoine urbain et rural.

 

Babacar Baye NDIAYE

Partager cet article

Repost 0

commentaires