Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 17:30

Lorsqu’il s’agit de débusquer des artistes étrangers, à coup de millions d’ouguiyas, nos promoteurs culturels ne lésinent jamais sur les moyens. Mais, en font-ils autant avec les artistes mauritaniens pour les promouvoir?

 

C’est de la poudre aux yeux que de croire que nos promoteurs culturels roulent pour le développement de la musique mauritanienne ou pour les artistes. C'est de la poudre aux yeux que de croire également qu'ils se soucient de l'état actuel de la musique mauritanienne. C’est le cadet de leurs soucis ! Ils ne roulent, en réalité, que pour eux-mêmes, pour leurs propres poches. Voilà.

 

Les promoteurs culturels se moquent complètement de l’avancée d’un tel ou tel artiste. Ce qui les intéresse, c’est d’abord de se faire plein de kopecks. Ils narguent les artistes avec leurs prétentions stériles de vouloir les aider à se relever de leur chute, de leur difficile situation d’artiste. Ils ont participé à mettre à genoux la musique mauritanienne. Ils ne se refusent rien quand il s’agit de faire venir un artiste étranger en Mauritanie. Ils sont prêts à faire des courbettes. Ils ne veulent pas que nos artistes, à l’image des autres, mènent une vie tranquille. 

 

Pour preuve, ils préfèrent mettre des millions sur un artiste étranger que d'encourager la production musicale locale. Ils préfèrent Youssou Ndour à Malouma Mint Meidah, Baba Maal à Ousmane Gangué, Dara-J Family à Diam Min Tekky, Salam Diallo à Saidou Nourou Gaye, Alioune Mbaye Nder à  Noura Mint Seymali, Oumar Pène à Thiédel Mbaye, Raghab Alama à Monza, Sékouba Bambino à Walfadjiri.

 

"Le mauritanien ne consomme malheureusement que ce qui vient de l'extérieur même si la qualité est douteuse. Personne ne se déplace aux soirées et autres manifestations organisées par nos artistes. Le tarif bas du billet ne les encourage guère. Le public va en masse aux concerts de musiciens étrangers (ticket plus élevé)", fait remarquer Mamadou Thiam, journaliste au Calame.

 

Pour Lassana Camara, webmaster du site mauritaniefootball.com, les promoteurs culturels seraient victimes de la maladie du désintéressement. "Rien ne les intéresse, ils ne s'engagent pas, n'ont aucune feuille de route pour sortir les artistes de l'incertitude qui plane au-dessus de leurs têtes, n'aident pas l'engagement", affirme-t-il.

 

"Malheureusement, la radio et la tvm contribuent à la marginalisatin de nos artistes. Seule la presse écrite privée a grandement participé à la promotion des jeunes talents, des artistes confirmés. Les promoteurs culturels locaux excellent dans l'art de faire venir des artistes étrangers surtout des sénégalais avec des cachets exorbitants", s'est indigné Mamadou Thiam.

 

Les promoteurs culturels ne sont pas les seuls qui méritent d'être blâmés. Bien sûr, il y'a d'abord les artistes qui doivent quintupler leurs efforts, le gouvernement qui doit structuer la musique mauritanienne, le public mauritanien qui doit soutenir les artistes.

 

Babacar Baye Ndiaye dit leducdejoal

Pour Cridem

Partager cet article

Repost 0
Published by Babacar Baye Ndiaye dit - dans Le Fil de l'Actu
commenter cet article

commentaires